Se déplacer au sein du Queyras

Durant ce séminaire de terrain dans le Queyras, l’approche s’est centrée autour des questions des déplacements au sein de ce territoire. L’image d’Epinal des mobilités en montagne oscillant au choix entre une extrême complexité (routes en mauvais état, peu de circulation) ou une vision romancée et folklorique (marche à pied, skis, chiens de traîneau). Or, force est de constater que dans le Queyras, comme dans toute zone rurale, c’est bien la voiture qui est au centre des déplacements et de l’organisation quotidienne des habitants. Contrairement à une ville telle que Grenoble, où les transports en communs et les mobilités alternatives ont permis de fortement diminuer l’hégémonie de l’automobile, un territoire tel que le Queyras ne peut se développer sans ce mode de transport.

Néanmoins, l’imaginaire d’une montagne enclavée, de villages difficiles d’accès, de routes traîtresses est encore présent et entretenu par les habitants, notamment dans le tourisme. Preuve d’un enjeu à la fois économique, mais aussi politique de ces mobilités.

De ces constatations, il est possible de se poser la question suivante vis à vis des déplacements dans le Queyras : comment la voiture se rend indispensable, du fait de l’atomisation des bâtis entre logement et travail, ainsi que par la disparité de population ?

  • 1. LA VOITURE : UN MODE DE TRANSPORT INDISPENSABLE

Avant toute chose, il est nécessaire de définir le territoire au sein duquel nous effectuons notre démarche scientifique. Le Queyras est une vallée constituée d’un parc naturel régional depuis 1977 et d’une superficie de 614,74 km², cette zone de haute montagne se distingue par la présence de nombreux sommets tel que les pics de la Font Sancte (3 385 m). Dans un tel territoire, les axes routiers se révèlent être un enjeu de premier plan pour les politiques locales, étant essentiels pour la vie économique et quotidienne. La voiture, plus que d’offrir un confort et une rapidité de déplacement, est le seul moyen de transport permettant une réelle indépendance.  Comme toute zone montagneuse, les trajets ne se calculent pas en distance, mais en temps : ainsi, relier deux villages entre eux nécessitera au minimum une quinzaine de minutes, si ce n’est plus. Sortir de la vallée et descendre dans la plaine peut nécessiter un trajet dépassant la demi-heure. Dès lors, la voiture n’est plus un simple outil de locomotion, c’est une nécessité qui, malgré son coût, est vitale à toute personne souhaitant vivre et travailler dans ce territoire.

Route à la sortie d’Arvieux (source: GoogleMaps)

Ce pilier de la vie quotidienne que forme l’automobile nous a été confirmé par toutes les habitants et allogènes interrogés. Les premiers que nous avons rencontrés, MM François Blanc et Adrien Philippe, tous deux associés dans une exploitation laitière à Arvieux, nous ont explicité de quelle façon la voiture était nécessaire au quotidien, professionnellement ou dans leur vie privée. A titre d’exemple, s’ils mettent à disposition quelques logements pour les ouvriers agricoles extérieurs au Queyras, ces derniers viennent tous avec leur propre moyen de locomotion. De même, il est impossible selon eux de réellement avoir des activités divertissantes « classiques » (cinéma, shopping, magasins spécialisés) sans prendre son véhicule.

Cet aspect de la vie quotidienne nous aura été par la suite confirmé lors d’une enquête de proximité à la sortie du seul supermarché du territoire, entre Château-Queyras et Ville-Vieille. Si toutes les personnes interrogées n’étaient pas des résidents permanents, l’impossibilité de se passer de véhicule motorisé s’est imposé comme une évidence, même pour de courts trajets. Il faut néanmoins remarquer que certaines personnes parmi celles interrogées, résidents secondaires ou de passage, insistent sur le fait qu’elles tentent de réduire leur utilisation de la voiture en privilégiant le vélo pour leurs déplacements touristiques. Néanmoins, aucun habitant n’a évoqué cela avec nous, ce qui peut indiquer que cela reste quelque chose de marginal, plus réservé à une approche touristique du territoire.

  • 2. DES MOBILITÉS ORGANISÉES SELON DIFFÉRENTS BESOINS

Si la voiture est le mode de déplacement roi dans le Queyras, il est important de noter que cela s’articule avant tout autour de la nécessité de se rendre à son travail. Il nous a été possible de constater que la majeure partie des habitants rencontrés sont salariés et, pour une grande partie, en dehors de la zone du parc naturel. Dès lors, leur réflexion vis à vis de leur mobilité va s’axer autour de la nécessité de se rendre sur leur lieu de travail. De ce fait, une écrasante majorité des personnes interrogées ne souffrent pas de devoir prendre leur véhicule personnel pour cela, même si certains regrettent le manque d’une alternative crédible et cohérente en matière de transports en commun.

Néanmoins, une autre catégorie d’habitants se distingue : ceux récemment installés et qui ont pour projet de faire partie intégrante du territoire. Souvent exploitants, indépendants ou exerçant une profession pouvant s’exercer à domicile, ces personnes peuvent sembler vouloir importer une façon plus « citadine » de se déplacer dans le territoire (car, covoiturage, auto-partage).

Ces différentes façons d’appréhender la mobilité au sein du territoire montre que le Queyras est une zone de vie qui, malgré sa population relativement faible, est dynamique. Cela rend nécessaire d’envisager d’autres besoins, notamment scolaire. Si des classes de maternelle et primaire sont ouvertes dans quelques communes du parc, l’enseignement secondaire doit se faire obligatoirement dans la plaine (Guillestre et Embrun). Nous avons pu rencontrer le propriétaire et gérant de la compagnie Transports Petit Mathieu, basée à Ville-Vieille, qui a pu nous expliquer que le transport scolaire, organisé par les communes et dont sa société assure les lignes, représente l’intégralité de son activité durant les périodes non touristiques. Ainsi, deux trajets sont effectués par jour, accessible à tous, mais rarement empruntés par d’autres que quelques touristes. Nous avons aussi appris que sa société disposait d’un véhicule taxi, mais que ce service n’était utilisé que par les habitants pour accéder à des services liés à la santé.

Résultat de recherche d'images pour "bus queyras"
Transport Audier (source: queyras-montagne.com)

Il est donc possible de constater que si un service de transport en commun a été organisé pour le scolaire, celui-ci ne déborde que très peu de son cadre, et que celui ci se distingue particulièrement lors des périodes touristiques (été et hiver) où, une ligne quotidienne est mise en place par la communauté de communes. Néanmoins, cette ligne reste peu empruntée et exclusivement par une clientèle extérieure, les habitants préférant leur véhicule. Dès lors, il est possible de se rendre compte que le transport en bus n’est pas une alternative pertinente aux besoins des habitants et des touristes. Ces derniers privilégiant eux aussi la simplicité et la praticité de la voiture dans ces zones faiblement desservies.

De nos échanges et rencontres, il ressort néanmoins deux modes de déplacement alternatifs : le vélo, popularisé par les nombreuses occurrences du Tour de France dans les cols du Queyras. Ce mode de déplacement est un réel enjeu économique pour le territoire, mais il est avant tout sportif et touristiques, absent des déplacements quotidiens des habitants. Ensuite, le stop, qui est encore semble-t-il très vivace. Si durant notre séjour nous n’avons personnellement vu qu’une seule personne le pratiquer, de nombreux témoignages indiquent que pendant les périodes touristiques, de nombreuses personnes le pratique, notamment la directrice de l’office du tourisme du Guillestrois – Queyras, Mme Constensous, qui conseille ce mode de déplacement pour ceux qui souhaitent être plus indépendant dans leur transit au sein du parc.

  • 3. LES RISQUES DU DÉPLACEMENT: UN ENJEU ÉCONOMIQUE ET POLITIQUE

Contrairement à ce qu’il aurait été facile de croire, le climat n’est pas un obstacle si contraignant pour la vie quotidienne des habitants. Interrogés à ce sujet, Mr Mathieu et Mr Bonnardel (maire d’Abriès-Ristolas) ont mis en avant le fait que la vigilance était renforcée pendant la période hivernale, mais que le dispositif assuré par le département vit à vis du déneigement, de l’entretien et de la sécurisation des axes routiers principaux était suffisant pour assurer un fonctionnement continu de ces derniers.

La période estivale quant à elle, voit le risque d’accidents impliquant des usagers augmenter, vu la fréquentation exponentielle et soutenue que le parc naturel connaît pendant cette période. La cohabitation entre usagers occasionnels et habitants peut être parfois compliquée, comme nous l’a confirmé plusieurs personnes vivant à proximité des axes principaux. Néanmoins, ce trafic touristique est une manne économique pour le territoire, qui investit fortement pour maintenir son réseau routier dans de bonnes conditions, notamment dans le but de fidéliser et d’accroître le cyclo-tourisme.

Lors de notre étude des mobilités au sein du Queyras, nous avons décidé de nous attarder sur un évènement majeur de ces dernières années et qui illustre parfaitement les enjeux liés aux axes routiers dans ce territoire. Ainsi, nous avons pu observer le célèbre Pas de l’Ours, nom donné à une portion de la route départementale reliant les communes d’Abriès et de Ristolas au reste du Queyras qui s’est effondrée suite à un glissement de terrain en avril 2018. Cet évènement, prévu depuis 2014, a pu être anticipé par un suivi constant mais surtout par la création, avant même l’effondrement, d’une déviation sur le versant opposé. Ce projet extrêmement coûteux (25 millions d’euros) a été financé par différents acteurs publics : région, département et communauté de commune ; a permis de réduire les conséquences négatives sur les habitants et l’économie générale de la ville. En effet, même si ce n’est qu’une solution temporaire, cet investissement permet à la zone de ne pas être coupée du reste du territoire : ses habitants peuvent poursuivre leur vie quotidienne et la clientèle touristique qui fait vivre la commune peut accéder à cette dernière.

Image associée
Feu alterné du Pas de l’Ours coté Abries (source: sud-thd.net)

Sur les quelques personnes autre que M le maire que nous avons pu interroger vis à vis de cette déviation et des contraintes qu’elle engendre sur leurs déplacements, tous ont mis en avant de façon assez pragmatique que cela n’était pas réellement ennuyant comparé à la possibilité de ne plus pouvoir quitter le village si la route s’était effondrée sans solution de secours.

Ainsi, cet exemple du Pas de l’Ours illustre de façon assez fortes les risques inhérents à la vie dans des territoires tel que le Queyras. Plus qu’un fort désagrément, c’est toute la survie économique d’une zone qui peut être compromise par la coupure d’une seule route. Il est dès lors facile de comprendre pour les pouvoirs publics investissent massivement pour la surveillance, l’entretien et la sécurité de ces axes.

——–

Pour conclure, il est possible d’extraire de notre enquête sur les déplacements au sein du Queyras que dans ce territoire, comme de nombreux autres, à la fois ruraux et / ou montagnards, l’utilisation d’un véhicule personnel pour l’entièreté des déplacements est explicitée par la simplicité et la praticité de ce dernier, mais aussi pour palier à l’absence d’alternatives viables et crédibles. Les transports en communs sont trop peu développés et ce même durant les périodes touristiques et le covoiturage est très peu pratiqué. De plus, le fort salariat et un bassin d’emplois plus présent dans la plaine accentue cette dynamique. Néanmoins, il nous a été permis de constater que ce territoire particulier présente aussi certains risques, que ces derniers soient d’ordre climatique, topographique ou bien humains.