Travailler en Queyras

Travailler en Queyras, quelle drôle d’idée ! On y vient pour les loisirs ! Mais il faut bien des travailleurs pour les loisirs des autres. Et le travail est un marqueur intéressant pour analyser une société, il permet de voir comment l’on peut vivre, dans quelles conditions, ou encore pour quel intérêt.  « Saisonnier, aléatoire, rare », tels sont des qualificatifs du travail en Queyras que nous avons pu entendre au cours de notre étude. Est-ce bien le cas ?

Le Queyras a toujours vécu au rythme des saisons. Mais pendant plusieurs siècles les saisonnier-ère-s étaient ceux-celles qui quittaient la région l’hiver quand l’agriculture était en sommeil. C’étaient les colporteur-se-s, les instituteur-trice-s ambulant-e-s. Aujourd’hui, l’activité touristique a supplanté l’agriculture, et le travail dans le Queyras est rythmé par trois périodes : une saison d’hiver avec le ski, des inter-périodes d’activité réduite au printemps et à l’automne et une importante saison d’été avec le tourisme de montagne (randonnée, rafting…).

Pour étudier ce que travailler en Queyras signifie, nous avons observé les différents secteurs d’activité, l’effet saison et l’origine des travailleurs.

DANS QUELS SECTEURS D’ACTIVITE LES QUEYRASSIN-E-S TRAVAILLENT-IL-ELLES ?

Sur un modèle en « couches d’oignon », inspiré des schémas des systèmes productifs, l’activité du Queyras peuvent être répartie en plusieurs domaines, indispensables, pour que l’ensemble fonctionne.

Un cœur d’activité dont la production est destinée à l’exportation. L’exportation est soit physique (exemple de la production laitière qui exporte ses fromages vers d’autres territoires), soit économique (exemple du tourisme qui vend sur place des services à des consommateurs venu d’autres territoires). C’est le positif de la balance commerciale,

Un secteur production-consommation locale. C’est l’activité des Queyrassin-e-s qui prend possible la production du « cœur d’activité » : commerces permanents, artisanat du bâtiment, de l’automobile, etc…

Un secteur d’accompagnement. L’environnement qui permet aux deux premières de s’exercer : les services publics, le secteur de la formation, le secteur de la santé, etc…. 

Attention ! ceci n’est pas une hiérarchie, c’est une analyse fonctionnelle. Par exemple le plus gros employeur permanent n’est pas dans le cœur d’activité ; c’est la santé avec l’hôpital-EHPAD d’Aiguilles.

LA SAISONNALITE

La saisonnalité a deux effets : la pluri-activité des Queyrassin-e-s et l’emploi saisonnier. En effet, de nombreux habitant-e-s sont des travailleur-se-s pluri-actif-ve-s dans une alternance liée aux saisons, par exemple électricien huit mois par an et moniteur de ski pendant les quatre mois d’hiver. Cette saisonnalité impacte aussi la nature des activités. Les opérations de maintenance des équipements touristiques, qu’ils soient publics (remontées mécaniques) ou privés (hôtels, centre de vacances) ont lieu en intersaison.

Par ailleurs l’embauche de saisonnier-ère-s est fréquente, été comme hiver, certain-e-s revenant à chaque saison pendant plusieurs années, d’autres ne faisant qu’une saison – les « météores » comme les appelle la directrice du développement économique de la communauté de commune. Quelques exemples : Les remontées mécaniques emploient près de 150 personnes en hiver. Il y a aussi de très nombreux moniteur-trice-s de ski. A Aiguilles, en hiver, l’espace ludique et la patinoire emploient 3 personnes. L’été, 8 étudiant-e-s ou saisonnier-ère-s professionnel-le-s sont embauché-e-s pour le camping et la piscine. D’autres activités que le sport ou le loisir sont impactées. La coopérative laitière de Ville Vieille qui transforme chaque année plus de 1 million de tonnes de lait en 120 tonnes de fromage emploie 4 saisonnier-ère-s en été et 3 en hiver pour la vente. Une supérette dans laquelle travaillent 3 personnes voit sa fréquentation multipliée par cinq en été et embauche jusqu’à 6 personnes. Même la Maison de l’Artisanat doit se renforcer en été pour la vente. Et bien sûr l’hébergement-restauration (hôtels, gîtes, locations).

QUI TRAVAILLE EN QUEYRAS ?

Les nouveaux propriétaires du restaurant Le Vis’ô à Molines ne sont pas Haut-Alpins (Var et Nord) et, comme ils disent, ils ont trouvé là « l’endroit où on réalise ses rêves ».

Y a-t-il en Queyras deux grandes divisions : les Queyrassin-e-s « de souche » qui occupent les emplois permanents et les saisonniers ? La réponse est sans doute non. Même de façon surprenante de nombreux-ses Queyrassin-e-s, travailleur-euse-s permanent-e-s ne sont pas originaires de la région. Par exemple, Vincent directeur de la coopérative laitière-fromagère , issu d’une ENIL (Ecole nationale d’industrie laitière), est venu en Queyras pour le travail qu’il ne trouvait pas dans sa région, le Sud-ouest. Parmi les trois employées du service administratif de la mairie d’Aiguilles, une seule est Queyrassine. A la coopérative laitière de Château-Ville-Vieille, sur 12 salarié-e-s permanent-e-s, seuls 2 sont natif-ve-s du Queyras, et 4 seulement y habitent. 

A l’inverse, et à l’image de plusieurs maires ou anciens maires, des Queyrassins ont fait carrière ailleurs et sont revenus au pays. L’un est ancien cadre du Conseil départemental, un autre est ancien professeur de la formation agricole, un troisième a fait une carrière d’ingénieur dans de nombreux pays au gré des chantiers de son entreprise.

L’hiver le col d’Izoard et celui d’Agnel sont fermés par la neige. Le pays devient une sorte de presqu’île reliée au reste du monde par les gorges du Guil. Et pourtant, le Queyras a toujours connu la saisonnalité de l’emploi. Mais les flux se sont inversés. Travailleurs saisonniers sortants l’hiver, comme les colporteurs et les instituteurs ambulants, avant les années 1960 quand l’agriculture dominait l’économie. Saisonniers du tourisme entrants maintenant pendant les deux saisons d’hiver et d’été.

Baptiste Calcagni, Daniel Charbonnel, Kamar Mokhabir