Approcher de manière critique les mouvements complotistes autour de la pandémie, à travers le documentaire Hold Up de Pierre Barnérias

Nous avons travaillé sur le documentaire « Hold-up » sortit en novembre dernier. Le but était de travailler sur les thèses complotistes qui se sont créées autour de ce film. En effet, le complotisme existe depuis toujours, mais ce film a accentué ce phénomène de complot. Notre objectif est d’approcher de manière critique les mouvements complotistes. Dès sa sortie des milliers de tweets, d’articles, d’internautes, de politiciens, de scientifiques se sont manifestés, et ont pris la parole. Nous avons tout d’abord commencé notre démarche de veille scientifique en établissant un corpus de sources en s’appuyant sur Europress, Hypothèse ou encore en étudiant l’espace de certains réseaux sociaux comme Twitter, ainsi qu’en utilisant tout simplement le moteur de recherche Google. Cela nous a permis de comprendre que ces sources comportent quatre niveaux. Parmi lesquels se trouvent les sources émises par ceux qui ont réalisé le documentaire, les sources non officielles qui affirment ou critiquent le documentaire, le traitement médiatique mainstream du documentaire, et enfin les travaux des chercheurs.

Grâce à ces multiples sources, et à travers ce que le documentaire dénonce nous avons construit une problématique, qui est la suivante : comment est reçu le documentaire « Hold-up » dans la presse écrite et numérique ?

Pour cela nous avons choisi de sélectionner 5 journaux : « Le Monde », « Libération », La Dépêche » « Le Figaro » et « Huffpost ». A travers l’étude de ces derniers nous avons travaillé sur des articles qui traitent de notre sujet. De plus nous avons sélectionné une borne chronologique afin d’être le plus précis possible et surtout laisser la population donner son avis. Nous allons en particulier regarder les articles écrits entre la sortie du film, c’est-à-dire le 11 novembre 2020 et jusqu’au 30 novembre 2020, pour voir les réactions du public.

Réception du documentaire à travers Libération

Dans le journal Libération, la première forme de critique est le « debunkage », soit l’analyse d’une information, à l’aide d’éléments sourcés et vérifiés. Ainsi, dans un article intitulé : « Dix contre-vérités véhiculées par “Hold-up” », en date du 23 novembre 2020, le journal analyse dix informations données par le documentaire, avec la volonté de rétablir la vérité. Ces affirmations sont souvent remises en cause par d’autres intervenants, comme des professeurs de philosophie ou de sciences sociales, ou des hommes politiques. À cela s’ajoute une analyse minutieuse des intervenants, parfois tournée au ridicule, et des tendances politiques de ces derniers. Ainsi, dans l’article : « Covid-19 : le docu “Hold-up” bat des records de défiance », issu du même numéro, nous pouvons lire à propos de Nadine Touzeau : « Le bonus diffusé lors du générique de fin réserve une surprise finale, Nadine Touzeau, décrite comme une profiteuse, se lance dans une analyse de personnalité sur la seule base de … photographies ». Les points de suspension sont souvent utilisés, afin de montrer le caractère ridicule de certaines affirmations ou de certains comportements, tout au long des articles. L’accent est également mis sur le caractère complotiste de « Hold-up », qui est comparé à d’autres documentaires complotistes, notamment sur le 11 septembre 2001.

La Défense du journalisme est un deuxième angle développé par Libération. Dans : « Covid-19 : le docu “Hold-up” bat des records de défiance », nous pouvons lire : « si Hold up se présente comme une enquête journalistique, il ne l’est que sur la forme ». Le journal France Soir, qui a soutenu le documentaire, est aussi l’objet de critiques ; son manque de neutralité est condamné. Enfin, un article s’interroge sur la différence de traitement du documentaire entre les médias dits « classiques » et les réseaux sociaux.

Une troisième tendance peut ensuite être dégagée ; elle s’intéresse moins au documentaire en lui-même, et plus à ses conséquences, et à ses origines. Ainsi, dans un article daté du 30 novembre et intitulé : « “Hold-up” : les politiques en quête d’un antidote au complotisme », le journal se demande si la réponse donnée par les politiques est adaptée, se questionne sur le raisonnement derrière une « contre-attaque », et sur la manière de contre-dire ses théories sans les encourager. Finalement, le documentaire « Hold-up » est aussi présenté comme un outil pour juger de la confiance des citoyens en leurs hommes politiques.

Réception du documentaire à travers Le Monde

Le documentaire par la presse écrite et numérique est vite mis en avant. Tout les médias en parlent. Soit ils dénoncent les idées émises par Hold-up grâce à des intervenants ou grâce aux différentes sources, ce que ce premier article nous montre. Soit au contraire ils vont plus loin en semant le doute, la peur, en rajoutant des idées (bonnes ou mauvaises ?).

Donc, la presse écrite peut être un atout pour la population, c’est-à-dire un soutient / des réponses face à cette crise sanitaire ou au contraire, elle peut se montrer encore plus déstabilisante. Grâce aux témoignages des personnes on se rend compte que la presse est très impliquée dans cette crise, en effet un intervenant a signalé :  « des journalistes ont pu entrer dans ces services spécialisés et tous les pays du monde rapportent les mêmes scènes, comment ce documentaire peut-il faire fi de ces faits ». La presse souhaite soulever la vérité sur ce documentaire en demandant à des personnes d’écrire leurs questions ou leurs avis. Les gens se pressent de lire les journaux, de téléphoner pour avoir des réponses à leur questions face à ce film. Mais le fait de se conduire comme tel ne prouve pas que le documentaire dit des choses vraies ? Le but est de montrer que la presse ne censure pas / veut montrer la vérité / aider la population à comprendre cette crise qui est une crise sanitaire, mais devient aussi une crise économique et sociale. La presse indique ici que le documentaire est aussi un « bourrage de crâne », la population ne veut pas se soigner (vaccin) à cause des thèses complotistes diffusées à travers le monde. C’est quelque chose de très inquiétant pour l’avenir. Comment gérer ces double / triple crises par cela ? Par des faits erronés ? Des mensonges ? … jouer avec la vie de la population ?

Sources sollicitées :

Liste des articles pour le journal Libération

– Service checknews, « Dix contre vérités véhiculées par « “Hold-up” », Libération, 23 novembre 2020.

– Andraga Robin, Coquaz Vincent, « Covid-19 : le docu “hold-up” bat des recors de défiance », Libération, 23 novembre 2020.

– Foessel Michael, « “Hold-up” sur le doute », Libération, 27 novembre 2020.

– Schneirdemann Daniel, « Sapin de Noël et chefs à plume », Libération, 23 novembre 2020.

– Belaich Charlotte, Equy Laure, « “Hold-up” : les politiques en quête d’un antidote au complotisme », Libération, 30 novembre 2020.

Liste des articles dans le journal Le Monde :

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/11/12/covid-19-les-contre-verites-de-hold-up-le-documentaire-a-succes-qui-pretend-devoiler-la-face-cachee-de-l-epidemie_6059526_4355770.html

https://www.lemonde.fr/planete/live/2020/11/13/covid-19-quels-faits-opposer-aux-theories-du-complot-autour-de-l-epidemie_6059588_3244.html

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/11/13/covid-19-et-desinformation-les-milieux-antivaccins-sont-vite-montes-en-premiere-ligne_6059675_4355770.html

https://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2020/11/26/le-drole-de-duo-derriere-le-documentaire-au-relent-complotiste-hold-up_6061152_3236.html

https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/11/30/comment-faire-pour-que-les-francais-acceptent-le-vaccin-contre-le-covid-19_6061603_3232.html

https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2020/11/18/qui-est-vraiment-christian-perronne-medecin-referent-des-complotistes_6060208_4500055.html

Auteurs : Miguet Aurélie, Aurore Melzani et Charlène Totin, étudiantes en première année de Master d’histoire recherche à l’Université Grenoble Alpes.

Les sciences sociales et le traitement de la pandémie de covid-19

« Jeter un œil dans le rétroviseur médical »1, « saisir la complexité de ces questionnements plutôt que d’offrir des réponses définitives »2, sont les démarches communément adoptées par les chercheur.es en sciences sociales afin d’analyser la pandémie de Covid-19. Si les interventions médiatiques d’historiens récoltées3permettent de nuancer historiquement des questionnements sur la pandémie ou sur l’après-pandémie, ces historiens sont toutefois plus réticents que les autres chercheur.es en sciences sociales à se prononcer sur les conséquences de la pandémie actuelle. Élaborer un corpus à partir d’interventions de chercheur.es en sciences sociales dans le débat public fut indissociable de la bonne organisation de notre groupe, notamment permis par l’éditeur de texte collaboratif Framapad qui étaya notre réflexion en nous confrontant à l’écriture collective. Si notre groupe détenait déjà quelques articles d’interventions d’historien.es, spécialisé.es notamment en histoire de la santé et/ou de la médecine 6,élargir notre étude à des chercheur.es en sciences sociales constitua la première étape. Mobiliser des articles et billets classés en thématiques 7par des scientifiques en sciences économiques et sociales de Lyon, constitua la seconde étape de notre cheminement. Après nous en être réparti la lecture, un choix pu dès lors s’opérer par la définition de nos propres critères de sélection . Ainsi, cet écrémage nous permit d’orienter la problématique du billet en interrogeant l’impact et les interférences constructives de ces recherches pour la société.  » Nonobstant, chacun est pris dans cette même tension, ce même problème face à l’urgence du présent qu’est cette « histoire chaude »4rendue complexe par le « déluge de chiffres » et le « déluge de commentaires sur les chiffres »5.

Continuer la lecture de « Les sciences sociales et le traitement de la pandémie de covid-19 »