Se loger dans le Queyras, tout en respectant le cadre naturel

Depuis la fin du XXe siècle, l’ensemble du Queyras est confronté à la problématique des « lits froids », ces lits et habitats vides qui peinent à être loués lors de la saison hivernale. De la même façon, cette situation est surtout observée en haute montagne et provoque des déséquilibres dommageables pour les collectivités locales. D’autant plus que le prix du foncier ne cesse d’augmenter depuis une vingtaine d’années.Partant, les volets de nombreuses résidences étaient fermés lors de notre séminaire, qui s’est déroulé hors des saisons touristiques.Toutefois, des initiatives politiques ont été pensées afin d’attirer des familles et des touristes, tout en préservant les habitants à l’année. Afin de ne pas souffrir du soustourisme, mais également du surtourisme. Si bien que l’enjeu pour ce territoire est de savoir comment repeupler ces espaces, tout en pérennisant un tourisme respectueux du cadre naturel queyrassin ? Partant, nous nous appuierons essentiellement sur le cas de Ceillac. Ainsi que sur son ancien maire Phillipe Lamour,qui incarne encore pour les habitants du Queyras, le renouveau touristique de ce territoire.

Initialement, cet attrait pour le tourisme, comme source d’attractivité et de revenus pour le territoire, s’intensifie après l’inondation de juin 1957. Pendant une semaine, des pluies torrentielles se sont abattues sur le relief, provoquant d’importantes crues ainsi que des déplacements d’alluvions. Dès lors, les habitats et les principales routes détruites ont été fortement impactés, et une partie de la population Queyrassinne fut évacuée par hélicoptère. Cette catastrophe a notamment été diffusée dans les salles de cinéma français par le Journal des Actualités Françaises, du 4 septembre 1957, ainsi qu’en une du JT de 20h, le 5 septembre de la même année. Ces courts documentaires dépeignent le Queyras comme une vallée perdue, avec des habitats vétustes et comme un espace très peu peuplé, tel un désert.

En conséquence, ce phénomène a poussé cet espace se vidant, à développer le modèle touristicoagricole. Ce qui n’a fait qu’accélérer la politique prévue au niveau national. Ce choix politique, de faire basculer le Queyras vers le tourisme, fut également l’objet du documentaire « La montagne pour les Hommes », paru le 15 décembre 1974 dans La France défigurée, magazine audiovisuel de 1971 à mai 1977, diffusé sur l’ ORTF. Crée par Louis Bériot et Michel Péricard, gaullistes de la première heure, ils furent soucieux de préserver un cadre rural mythifié,tout en déplorant l’urbanisme naissant . De sorte que le Queyras y est dépeint d’une manière enchantée, d’un calme absolu et préservé de toutes nuisances émises par la ville. Quant à elle perçue comme source de corruption et du mal vivre.Si bien que face à cette montagne, faite de pâtures et d’air frais, la ville est présentée de manière grisonnante, croulant sous les rejets des pots d’échappement. De fait, l’enjeu de ce documentaire est de savoir comment « repeupler » ces espaces, tout en préservant ce cadre naturel. C’est ainsi que Phillipe Lamour, ancien maire de Ceillac en 1965, nous a été présenté par le maire actuel, M.Grossan, comme l’ initiateur de ce renouveau touristique en Queyras. Sa volonté d’assurer le maintien d’une vie villageoise, en ajoutant aux activités agricoles, les revenus d’une nouvelle activité touristique, prend d’autant plus corps avec la création de la Société d’intérêts Collectif Agricole. En sorte que dans les années 1970, au moment de la création des gîtes, la SICA donnait 25 % d’aide. Encore aujourd’hui, on retrouve des traces de cette politique puisque la SICA donne des aides financières pour les gîtes ayant conservé des liens avec le monde agricole. Bien que cette société coopérative existe en France, depuis la loi du 10 septembre 1947. De sorte qu’elle existe aussi sur d’autres espaces que le Queyras.

En outre, cette inflexion touristique s’est notamment traduite par le réinvestissement de dix-neuf ceillaquins dans des immeubles individuels. Résidences qui ont été surélevés sur les pentes du village , afin d’échapper à tout risque d’inondation. De sorte que, ce choix reste perceptible à travers la topographie du paysage. Si bien qu’en réalisant notre carte sensible, nous avons constaté une nette distinction entre le village d’en « bas », habité par les natifs du lieu, et d’autre part, les résidences secondaires installées sur les pentes. Celles-ci sont faites de bois car contraintes de ressembler à des chalets, afin d’attirer et de loger des touristes . Résidences secondaires, Ceillac, 24 octobre 2019

De la même façon, cette alliance du tourisme au modèle agricole quesyrassin, se retrouve à Arvieux, comme peut en témoigner notre entretien avec la propriétaire du gîte des « Bons Enfants ». Initialement, ce gîte, qui alliait bergerie et forgerie à une maison, appartenait à son père, agriculteur et commerçant. En prenant la décision de réaliser le GR58, grand tour du Queyras en randonnée, Phillipe Lamour a demandé aux petits commerçants de le transformer en gîte. C’est ainsi qu’au début des années 1970, on recensait « seulement » cinq gîtes, et qu’actuellement, une trentaine existe. C’est ainsi que la résidence primaire tend à se faire distancer par la résidence secondaire, occupée lors des saisons touristiques, que sont les saisons hivernales et estivales.

Résultat de recherche d'images pour "Les bons enfants arvieux"                                                        ©Le gîte « les bons enfants » , Jean-Claude LORDIER

Cet entretien a également soulevé les changements entretenus par les propriétaires avec leurs gîtes. Dans les années 1970, ceux-ci assuraient la pension complète en totale autonomie. Étant donné que leur gîte aussi était leur lieu de résidence.Alors qu’en ce début de XXI e siècle, ces nouveaux propriétaires, que sont les jeunes couples, proposent la demi-pension. Tout en n’assurant le service qu’en période saisonnière. Par conséquent, les stations de montagnes sont fortement impactées par cette «flexibilité touristique», étant donnée que le porte-monnaie d’une majorité de français ne permet plus d’assurer la tendance aux longs weekend dès années 1970. D’autant que le facteur météorologique est aussi à prendre en considération.En somme, cette évolution résulterait de l’adaptation face aux nombreuses annulations de leurs clients, ainsi que d’une recherche d’indépendance.

De plus, ce rapport que les touristes entretiennent avec cet habitat passager a aussi été souligné pour les hôtels. Premièrement, François, le gérant du gîte-hôtel restaurant de la Baïta du loup à Saint-Véran a mis l’accent sur le temps des séjours touristiques. Partant, en été les touristes seraient nombreux à arriver vers 16h et à repartir dès le lendemain.Tandis qu’en hiver, le temps de séjour est plus long, en s’étendant sur une semaine. A priori, les touristes de la période estivale changerait régulièrement d’hôtel à chaque étape de randonnée, tandis que la période hivernale resterait encore dévolue à des vacances familiales, passée à la montagne. Lors de ce même entretien,il a aussi mentionné les propriétaire de hôtel 4 étoiles de Saint-Véran qui ont dû construire une zone commerciale à l’intérieur de leur hôtel.Dans le but de satisfaire les désirs de luxe propresà sa clientèle. De fait, ce village ne correspondrait pas à cette sollicitation car touche une clientèle plus modeste.Pareillement, ce type d’établissement existe dans les Alpes d’Huez, situées dans l’Oisans. C’est ainsi que l’Hôtel 4 étoiles, le Pic Blanc, propose à sa clientèle huppée, un spa « Pure Altitude » ,une piscine intérieure chauffée, une terrasse solarium , un de ski room et une boutique de ski shop ainsi que quatre salles de « co-working ».

Enfin, le prix élevé du foncier reste l’une des difficultés principales pour ceux désirant se loger dans le Queyras.Comme les participants de la soirée organisée autour du documentaire «Rendez-vous dans le Queyras», dans l’émission Nos terres inconnues sur France 2, l’ont soulevé.Si bien que l’appropriation et l’accès à la propriété en Queyras n’est pas accessible à tous puisque les prix au m² varient entre 500 à 3000 euros, selon l’agente du tourisme de Guillestre. Ainsi, ils sont nombreux à aller habiter à Guillestre . Or, cet habitat reste onéreux étant donné que le prix du m² est de 220 euros en moyenne.Partant, ce prix engendre le problème du manque de touristes. D’autant plus que cette population vieillie et qu’aucune nouvelle famille ne vient s’y installer. Au point que certaines écoles, comme à Molines, ont dû fermer leurs portes.

Par conséquent, ces touristes restent pour le Queyras, un enjeu économique essentiel, que ce soit des habitués se logeant dans des résidences secondaires ou dans des gîtes d’étapes, avec une clientèle plutôt sportives, pratiquant la randonnée, le ski de fond, ou encore dans des hôtels.En somme, la volonté d’adaptation face aux réalités modernes, économiques et écologiques, sans pour autant renoncer au tourisme, reste un enjeu constant pour les queyrassins.

Nemoz-guillot Mélanie et Bouyi Clyde, étudiants en Master d’Histoire Appliquée à l’Université Grenoble Alpes.