Culture(s) et divertissement(s) en Queyras

« Que peut-on faire fin octobre en Queyras ? …[long silence]… Non désolé je ne vois pas ». Ce fût l’une des premières réponses à nos questions au démarrage de notre enquête sur la thématique se divertir et se cultiver en Queyras. Voilà une enquête rondement menée et bouclée : le Queyras est un désert culturel en dehors de la saison touristique ! STOP, pas si vite ! Aussi anodine soit-elle, la question tout comme sa réponse sont chargées de représentations. Ne tombons pas aussi facilement dans le mirage d’un désert culturel notamment en hors saison touristique. Qu’entendons-nous par culture ? Tant de flous, tant de connotations remplissent ce terme. Nous associons volontiers le mot culture au monde urbain en raison du modèle culturel dominant de nos sociétés. D’où l’apparition d’un léger rictus ou d’un sentiment d’écart, d’éloignement par rapport à la ville, à l’évocation de la question au cours de certains entretiens. Plus restreint, notre fil rouge de l’enquête s’est concentré à l’étude de quelques aspects formels ou non d’animations de la vie locale. L’idée derrière a été d’observer les modes de transmission d’une pratique culturelle dans ce qu’elle a de savante ou divertissante tout en étant révélateurs des liens sociaux tissés dans le territoire. Ainsi, les formes de sociabilités actuelles constituent-elles une forme d’hybridation entre pratiques anciennes et enjeux contemporains ? 

Un pays cultivé

Le Queyras dispose d’une tradition de culture forte et ancienne autour du livre et de l’écriture. Que d’étonnements pour certains voyageurs du XIXe siècle de voir se jouer des pièces de Molière le soir à la veillée ou parler le latin. Sous la plume de Victor Hugo dans Les Misérables, ces hautes vallées alpines apparaissent comme un vivier de « colporteurs en écriture », fameux instituteurs ambulants louant leur service l’hiver plus bas dans les vallées ou en plaine. La famille joue un rôle central dans la transmission de cette culture savante dont l’un ou plusieurs membres disposent de la position respectable du « lettré », passeur et gardien de cet héritage. En cela, les veillées constituent un moment privilégié de ce partage entre familles du voisinage. Autre institution déterminante dans la vie culturelle de ces sociétés dites traditionnelles, l’Eglise. L’une des manifestations les plus visibles en est l’organisation des fêtes patronales dans chaque hameau et villages pour la dévotion auprès du saint patron du village, autour de messes et autres rites.

Un relais aux changements : le milieu associatif 

Les effets de l’exode rural initiés dans la seconde moitié du XIXe siècle et s’étalant jusqu’aux années 1960-70 ont profondément déstructurés ces liens au sein de la communauté locale. Tandis que le mode de vie paysan se fragilise au profit de comportements plus urbains, les organisations pivots dans la transmission de la culture sont profondément remis en cause, les liens familiaux se distendent, la veillée trépasse. L’Eglise voit sa place s’affaiblir et les fêtes patronales sont jugées d’un autre temps. Les années 1970-1980 et 1990 constituent une période de transition notoire. Sous l’impulsion de néo-ruraux ou bien à l’initiative de personnes originaires du Queyras revenus sur place, les pratiques liées à la culture et au divertissement évoluent dans leur forme, pour se mettre en phase avec le monde urbain. Deux événements majeurs sont les signaux de cette transition : la création de l’ACQ -association culturelle du Queyras- devenue depuis l’ACSSQ –association culturel, sociale et sportive du Queyras- dans les années 80 et le projet Retour en Queyras en 1985, célébrant le retour de près de 800 descendants de Queyrassins protestants qui avaient dû s’exiler à la suite de la révocation de l’Edit de Nantes, 300 ans plus tôt. Le développement du tourisme a lui aussi bouleversé le rapport aux animations engendrant un renouveau de certaines animations/manifestations déconsidérées jusqu’alors. Les fêtes de village, notamment l’été s’en trouvent revivifiée, conservant quelques aspects traditionnels. La messe matinale est conservée mais elle s’accompagne de feux d’artifice, d’un bal avec DJ, d’une kermesse et d’un concours de boules à l’image de la fête patronale du 15 août à Château-Queyras. Sinon l’exemple de la couverture accordée à la Foire de la Saint-Luc de Guillestre par le magazine édité par l’Office du tourisme du Guillestrois-Queyras témoigne de ce projet de remettre au goût du jour une manifestation à la présence ancienne sur le territoire. Avec pour ambition d’étendre à l’année l’offre touristique en dehors des deux pics estival et hivernal, la foire aux bestiaux, les concours agricoles, l’exposition du matériel agricole ne trouvent plus aussi fondamentalement leur utilité économique et leur fonction de partage des savoirs agricoles mais sont devenus davantage l’étendard d’une tradition, d’une authenticité préservée, affichée avec fierté aux devants des touristes.  

Couverture consacrée à la Saint-Luc de Guillestre du magazine édité par l’office du tourisme du Guillestrois-Queyras, octobre 2019

Jouer de ses handicaps 

Pour les habitants à l’année, loin des centres urbains, le Queyras tente de jouer sur ses handicaps pour surmonter les difficultés afin de rendre accessible la culture. Le modèle associatif, flexible dans son organisation, trouve pleinement son efficacité pour constituer ce relais de culture afin de palier au manque d’équipements. Des équipements culturels de proximité ont été mis en place, à commencer par des bibliothèques municipales, une école de musique à Arvieux, un cinéma non loin à Guillestre, ainsi que des salles des fêtes dans presque chaque commune ou l’espace jeune fab/lab en projet au siège de l’ACSSQ à Aiguilles. Nombre d’associations dans diverses domaines (patrimoine, musique, théâtre, sportif, danse etc…) revivifient la vie sociale des villages.

Le siège de l’ACSSQ à Aiguilles

Pourtant, signe de ces clivages urbain/rural persistant, la majorité des membres d’associations à vocation culturelle et/ou patrimoniale est constituée de néo-ruraux et/ou personnes originaires du Queyras revenus à l’occasion de leur retraite.

Une des activités proposées par l’ACSSQ auprès des personnes âgées, symbole de la citadinisation de certaines activités

Certains prennent les devants et si la culture n’arrive pas jusqu’à eux, ils n’hésitent pas à aller vers elle. Ils s’organisent notamment au travers de l’ACSSQ pour covoiturer en kangoo sept places jusqu’à Guillestre, Gap ou encore Briançon afin de se rendre par exemple au théâtre ou à un concert. Là encore la mobilité est très importante. Un bibliobus parcourt le territoire, des projections cinématographiques itinérantes ont toujours existé. Outre leur rôle habituel de socialisation dans les villages, les bars peuvent devenir également un lieu de diffusion de la culture. Le Bô Bar d’Aiguilles propose ainsi périodiquement des concerts pouvant accueillir parfois plus d’une centaine de personnes! De même qu’une maison ou qu’une ferme peuvent également devenir le temps d’une soirée, un lieu de concert ou de représentations théâtrales.

Se nourrir en Queyras : production(s), approvisionnement(s) et consommation(s) dans un territoire de montagne

Qui n’a jamais souhaité, après une journée de ski ou de randonnée, de pouvoir s’attabler autour de «  spécialités montagnardes  » tel que l’incontournable trio : fromage – pommes de terre – charcuterie. Cette vision de la nourriture de montagne, qui réconforte, est bien entendu pleine de clichés. Il paraît difficile d’imaginer les habitants de ces espaces se nourrir exclusivement de plats aussi riches au quotidien; alors, comment se nourrir dans un territoire marqué par une spécificité environnementale et une activité touristique importante ? 

Derrière la thématique «  Se nourrir en Queyras  » se cachent des stratégies d’acteurs en termes de production, d’approvisionnement et de consommation alimentaires.

Produire localement.

D’abord centrée sur les activités traditionnelles, l’agriculture joue un rôle essentiel dans l’équilibre du Queyras. Face aux mutations du territoire, notamment l’urbanisation et la hausse de la population, les agriculteurs se doivent d’innover et de dialoguer.

L’agriculture queyrassine est soutenue par des fromageries artisanales à Château-Ville-Vieille et à Guillestre, qui s’approvisionnent en partie dans le Queyras et donc valorisent la production locale. De leur côté, les élevages ovins et bovins servent à la production de viandes ou sont vendus aux producteurs laitiers. L’élevage s’adapte aux contraintes environnementales du territoire, mais depuis la fin des années 1970, dans un contexte de recul général des exploitations agricoles dans la région, il semble décliner  numériquement. 

À côté, de nombreuses cultures de la terre à échelles plus réduites, prenant la forme de potagers, ont essentiellement une vocation d’approvisionnement plus personnel. Elles peuvent aussi contribuer à l’avitaillement de l’hôtellerie et de la restauration.

Jardin du gîte Les Bons enfants, Arvieux, octobre 2019.

 

De nouvelles activités se sont développées comme l’apiculture et le maraîchage. Une commerçante de produits du terroir (à base de miel notamment), à Molines-En-Queyras, ancienne apicultrice et aujourd’hui associée à son frère apiculteur et éleveur souligne que «  le métier va bien, car la nature va bien  ». La richesse botanique du territoire permet la prolifération de cette activité, mais «  c’est le tourisme qui fait vivre les gens  » du fait de la faible nombre d’habitants à l’année. Des partenariats existent avec des établissements d’hôtelleries et de restauration ; c’est une manière de faire du profit et la publicité. Certains commerçants ont un rôle social important. Boulangeries, bars, restaurants et autres sont des lieux de commerce, mais aussi de sociabilités voire de mémoire.

S’approvisionner à l’extérieur du territoire. 

Le Queyras n’est pas un territoire autosuffisant ; les approvisionnements extérieurs ont toujours existé en plus des productions locales. Le restaurant La Ferme de l’Izoard, à Arvieux, et le gîte Les Bons enfants, à Brunissard, s’approvisionnent par exemple en viande à Briançon. De même, si les nombreux Proxi et Le Relai des mousquetaires de Château-Ville-Vieille alimentent les habitants en produits de premières nécessités, l’Intermarché de Guillestre, reste un lieu de ravitaillement non négligeable à la frontière du PNR.

Malgré un lien fort entre un cadre de vie proche de la nature et une volonté de manger sainement, certains n’hésitent pas à aller loin pour obtenir une alimentation de meilleure qualité (ex. : biocoop d’Embrun). 

En Queyras, des démarches citoyennes comme l’association Juste un zest, créée en 2013 (importation d’agrumes de Sicile), et l’AMAPP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne de Proximité) valorisant les circuits courts, promeuvent une agriculture respectueuse des terres et des hommes, en rendant les membres de l’association à la fois acteurs et consommateurs, tout en permettant la circulation de fruits et légumes produits de régions variées.

Valoriser le local : devenir(s) de l’alimentation en Queyras.

La nourriture est un moyen de promouvoir le Queyras. Outre les productions locales, la présence de restaurants est indispensable à l’activité touristique et à la vie queyrassine. L’aspect local et régional de la cuisine est souvent vanté. Les propriétaires du restaurant La Ferme de l’Izoard promeuvent «  une cuisine de marché […] traditionnelle et raffinée  » à base «  de produits frais […] locaux, français et de saison  ». C’est également le cas du gîte Les Bons enfants, à Brunissard, qui mobilise les légumes du potager ; même si durant la basse saison, l’importance des conserves est à noter. D’autres infrastructures, font face à la saisonnalité, c’est le cas du snack du col Agnel, Chez Mem’s, créé il y a 17 ans, par Séverine Jolibois et Magali Chaix, ouvert en juillet et en août, dont la clientèle, fidèle, est constituée de randonneurs et de résidents secondaires. Des restaurants aux snacks, tous tendent à une cuisine «  locale  » pour promouvoir leur territoire. Cette stratégie vise à combler des clients qui viennent «  manger Queyras  » en retrouvant dans leurs assiettes des productions régionales. 

La patrimonialisation des fours banaux et campaniles obéit à des logiques similaires. Ces lieux qui servaient à prévenir des dangers, à convoquer pour les corvées ou pour les événements importants, sont parfois encore utilisés occasionnellement aujourd’hui pour les fêtes villageoises ;  en plus d’être des référents communs pour les habitants des villages, ils sont des éléments au cœur des stratégies touristiques queyrassines. Ils sont au service d’une mise en scène de l’authenticité et de la traditionalité de la vie quotidienne queyrassine que viennent en partie rechercher les touristes. Les lieux permettent de se remémorer, ils situent les souvenirs spatialement et temporellement ; ils sont au service d’une mémoire collective. 

Four, Arvieux, octobre 2019.

Les mémoires des populations locales sont parfois utilisées. En 2017 est paru l’ouvrage Vers l’agroécologie : paroles de paysans à l’initiative des PNR de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur et de l’association Geyser. Il vise à rassembler les savoirs des «  paysans  » hérités des générations passées et des expériences du présent en vue de penser une agriculture plus écologique.

Le Queyras nécessite des approvisionnements. Produits locaux et extérieurs, transformés localement, sont mis au service de la promotion du territoire. Les stratégies d’alimentations sont complexes et s’adaptent aux besoins des acteurs. Pour certains, l’avenir de l’alimentation en Queyras passe par la mise en place de nouveau mode de consommation tels le flexitarisme, le végétarisme ou encore le véganisme. D’autres problématiques se cachent derrière ces questions comme celles du rapport à la «  nature  » et à la faune «  sauvage  », mais aussi les conflits liés à la chasse ou la pêche. 

Alexandre Pierre et Thomas Pellissier, étudiants en Master d’Histoire Appliquée à l’Université Grenoble Alpes.