Se déplacer au sein du Queyras

Durant ce séminaire de terrain dans le Queyras, l’approche s’est centrée autour des questions des déplacements au sein de ce territoire. L’image d’Epinal des mobilités en montagne oscillant au choix entre une extrême complexité (routes en mauvais état, peu de circulation) ou une vision romancée et folklorique (marche à pied, skis, chiens de traîneau). Or, force est de constater que dans le Queyras, comme dans toute zone rurale, c’est bien la voiture qui est au centre des déplacements et de l’organisation quotidienne des habitants. Contrairement à une ville telle que Grenoble, où les transports en communs et les mobilités alternatives ont permis de fortement diminuer l’hégémonie de l’automobile, un territoire tel que le Queyras ne peut se développer sans ce mode de transport.

Néanmoins, l’imaginaire d’une montagne enclavée, de villages difficiles d’accès, de routes traîtresses est encore présent et entretenu par les habitants, notamment dans le tourisme. Preuve d’un enjeu à la fois économique, mais aussi politique de ces mobilités.

De ces constatations, il est possible de se poser la question suivante vis à vis des déplacements dans le Queyras : comment la voiture se rend indispensable, du fait de l’atomisation des bâtis entre logement et travail, ainsi que par la disparité de population ?

  • 1. LA VOITURE : UN MODE DE TRANSPORT INDISPENSABLE

Avant toute chose, il est nécessaire de définir le territoire au sein duquel nous effectuons notre démarche scientifique. Le Queyras est une vallée constituée d’un parc naturel régional depuis 1977 et d’une superficie de 614,74 km², cette zone de haute montagne se distingue par la présence de nombreux sommets tel que les pics de la Font Sancte (3 385 m). Dans un tel territoire, les axes routiers se révèlent être un enjeu de premier plan pour les politiques locales, étant essentiels pour la vie économique et quotidienne. La voiture, plus que d’offrir un confort et une rapidité de déplacement, est le seul moyen de transport permettant une réelle indépendance.  Comme toute zone montagneuse, les trajets ne se calculent pas en distance, mais en temps : ainsi, relier deux villages entre eux nécessitera au minimum une quinzaine de minutes, si ce n’est plus. Sortir de la vallée et descendre dans la plaine peut nécessiter un trajet dépassant la demi-heure. Dès lors, la voiture n’est plus un simple outil de locomotion, c’est une nécessité qui, malgré son coût, est vitale à toute personne souhaitant vivre et travailler dans ce territoire.

Route à la sortie d’Arvieux (source: GoogleMaps)

Ce pilier de la vie quotidienne que forme l’automobile nous a été confirmé par toutes les habitants et allogènes interrogés. Les premiers que nous avons rencontrés, MM François Blanc et Adrien Philippe, tous deux associés dans une exploitation laitière à Arvieux, nous ont explicité de quelle façon la voiture était nécessaire au quotidien, professionnellement ou dans leur vie privée. A titre d’exemple, s’ils mettent à disposition quelques logements pour les ouvriers agricoles extérieurs au Queyras, ces derniers viennent tous avec leur propre moyen de locomotion. De même, il est impossible selon eux de réellement avoir des activités divertissantes “classiques” (cinéma, shopping, magasins spécialisés) sans prendre son véhicule.

Cet aspect de la vie quotidienne nous aura été par la suite confirmé lors d’une enquête de proximité à la sortie du seul supermarché du territoire, entre Château-Queyras et Ville-Vieille. Si toutes les personnes interrogées n’étaient pas des résidents permanents, l’impossibilité de se passer de véhicule motorisé s’est imposé comme une évidence, même pour de courts trajets. Il faut néanmoins remarquer que certaines personnes parmi celles interrogées, résidents secondaires ou de passage, insistent sur le fait qu’elles tentent de réduire leur utilisation de la voiture en privilégiant le vélo pour leurs déplacements touristiques. Néanmoins, aucun habitant n’a évoqué cela avec nous, ce qui peut indiquer que cela reste quelque chose de marginal, plus réservé à une approche touristique du territoire.

  • 2. DES MOBILITÉS ORGANISÉES SELON DIFFÉRENTS BESOINS

Si la voiture est le mode de déplacement roi dans le Queyras, il est important de noter que cela s’articule avant tout autour de la nécessité de se rendre à son travail. Il nous a été possible de constater que la majeure partie des habitants rencontrés sont salariés et, pour une grande partie, en dehors de la zone du parc naturel. Dès lors, leur réflexion vis à vis de leur mobilité va s’axer autour de la nécessité de se rendre sur leur lieu de travail. De ce fait, une écrasante majorité des personnes interrogées ne souffrent pas de devoir prendre leur véhicule personnel pour cela, même si certains regrettent le manque d’une alternative crédible et cohérente en matière de transports en commun.

Néanmoins, une autre catégorie d’habitants se distingue : ceux récemment installés et qui ont pour projet de faire partie intégrante du territoire. Souvent exploitants, indépendants ou exerçant une profession pouvant s’exercer à domicile, ces personnes peuvent sembler vouloir importer une façon plus “citadine” de se déplacer dans le territoire (car, covoiturage, auto-partage).

Ces différentes façons d’appréhender la mobilité au sein du territoire montre que le Queyras est une zone de vie qui, malgré sa population relativement faible, est dynamique. Cela rend nécessaire d’envisager d’autres besoins, notamment scolaire. Si des classes de maternelle et primaire sont ouvertes dans quelques communes du parc, l’enseignement secondaire doit se faire obligatoirement dans la plaine (Guillestre et Embrun). Nous avons pu rencontrer le propriétaire et gérant de la compagnie Transports Petit Mathieu, basée à Ville-Vieille, qui a pu nous expliquer que le transport scolaire, organisé par les communes et dont sa société assure les lignes, représente l’intégralité de son activité durant les périodes non touristiques. Ainsi, deux trajets sont effectués par jour, accessible à tous, mais rarement empruntés par d’autres que quelques touristes. Nous avons aussi appris que sa société disposait d’un véhicule taxi, mais que ce service n’était utilisé que par les habitants pour accéder à des services liés à la santé.

Résultat de recherche d'images pour "bus queyras"
Transport Audier (source: queyras-montagne.com)

Il est donc possible de constater que si un service de transport en commun a été organisé pour le scolaire, celui-ci ne déborde que très peu de son cadre, et que celui ci se distingue particulièrement lors des périodes touristiques (été et hiver) où, une ligne quotidienne est mise en place par la communauté de communes. Néanmoins, cette ligne reste peu empruntée et exclusivement par une clientèle extérieure, les habitants préférant leur véhicule. Dès lors, il est possible de se rendre compte que le transport en bus n’est pas une alternative pertinente aux besoins des habitants et des touristes. Ces derniers privilégiant eux aussi la simplicité et la praticité de la voiture dans ces zones faiblement desservies.

De nos échanges et rencontres, il ressort néanmoins deux modes de déplacement alternatifs : le vélo, popularisé par les nombreuses occurrences du Tour de France dans les cols du Queyras. Ce mode de déplacement est un réel enjeu économique pour le territoire, mais il est avant tout sportif et touristiques, absent des déplacements quotidiens des habitants. Ensuite, le stop, qui est encore semble-t-il très vivace. Si durant notre séjour nous n’avons personnellement vu qu’une seule personne le pratiquer, de nombreux témoignages indiquent que pendant les périodes touristiques, de nombreuses personnes le pratique, notamment la directrice de l’office du tourisme du Guillestrois – Queyras, Mme Constensous, qui conseille ce mode de déplacement pour ceux qui souhaitent être plus indépendant dans leur transit au sein du parc.

  • 3. LES RISQUES DU DÉPLACEMENT: UN ENJEU ÉCONOMIQUE ET POLITIQUE

Contrairement à ce qu’il aurait été facile de croire, le climat n’est pas un obstacle si contraignant pour la vie quotidienne des habitants. Interrogés à ce sujet, Mr Mathieu et Mr Bonnardel (maire d’Abriès-Ristolas) ont mis en avant le fait que la vigilance était renforcée pendant la période hivernale, mais que le dispositif assuré par le département vit à vis du déneigement, de l’entretien et de la sécurisation des axes routiers principaux était suffisant pour assurer un fonctionnement continu de ces derniers.

La période estivale quant à elle, voit le risque d’accidents impliquant des usagers augmenter, vu la fréquentation exponentielle et soutenue que le parc naturel connaît pendant cette période. La cohabitation entre usagers occasionnels et habitants peut être parfois compliquée, comme nous l’a confirmé plusieurs personnes vivant à proximité des axes principaux. Néanmoins, ce trafic touristique est une manne économique pour le territoire, qui investit fortement pour maintenir son réseau routier dans de bonnes conditions, notamment dans le but de fidéliser et d’accroître le cyclo-tourisme.

Lors de notre étude des mobilités au sein du Queyras, nous avons décidé de nous attarder sur un évènement majeur de ces dernières années et qui illustre parfaitement les enjeux liés aux axes routiers dans ce territoire. Ainsi, nous avons pu observer le célèbre Pas de l’Ours, nom donné à une portion de la route départementale reliant les communes d’Abriès et de Ristolas au reste du Queyras qui s’est effondrée suite à un glissement de terrain en avril 2018. Cet évènement, prévu depuis 2014, a pu être anticipé par un suivi constant mais surtout par la création, avant même l’effondrement, d’une déviation sur le versant opposé. Ce projet extrêmement coûteux (25 millions d’euros) a été financé par différents acteurs publics : région, département et communauté de commune ; a permis de réduire les conséquences négatives sur les habitants et l’économie générale de la ville. En effet, même si ce n’est qu’une solution temporaire, cet investissement permet à la zone de ne pas être coupée du reste du territoire : ses habitants peuvent poursuivre leur vie quotidienne et la clientèle touristique qui fait vivre la commune peut accéder à cette dernière.

Image associée
Feu alterné du Pas de l’Ours coté Abries (source: sud-thd.net)

Sur les quelques personnes autre que M le maire que nous avons pu interroger vis à vis de cette déviation et des contraintes qu’elle engendre sur leurs déplacements, tous ont mis en avant de façon assez pragmatique que cela n’était pas réellement ennuyant comparé à la possibilité de ne plus pouvoir quitter le village si la route s’était effondrée sans solution de secours.

Ainsi, cet exemple du Pas de l’Ours illustre de façon assez fortes les risques inhérents à la vie dans des territoires tel que le Queyras. Plus qu’un fort désagrément, c’est toute la survie économique d’une zone qui peut être compromise par la coupure d’une seule route. Il est dès lors facile de comprendre pour les pouvoirs publics investissent massivement pour la surveillance, l’entretien et la sécurité de ces axes.

——–

Pour conclure, il est possible d’extraire de notre enquête sur les déplacements au sein du Queyras que dans ce territoire, comme de nombreux autres, à la fois ruraux et / ou montagnards, l’utilisation d’un véhicule personnel pour l’entièreté des déplacements est explicitée par la simplicité et la praticité de ce dernier, mais aussi pour palier à l’absence d’alternatives viables et crédibles. Les transports en communs sont trop peu développés et ce même durant les périodes touristiques et le covoiturage est très peu pratiqué. De plus, le fort salariat et un bassin d’emplois plus présent dans la plaine accentue cette dynamique. Néanmoins, il nous a été permis de constater que ce territoire particulier présente aussi certains risques, que ces derniers soient d’ordre climatique, topographique ou bien humains.

Culture(s) et divertissement(s) en Queyras

« Que peut-on faire fin octobre en Queyras ? …[long silence]… Non désolé je ne vois pas ». Ce fût l’une des premières réponses à nos questions au démarrage de notre enquête sur la thématique se divertir et se cultiver en Queyras. Voilà une enquête rondement menée et bouclée : le Queyras est un désert culturel en dehors de la saison touristique ! STOP, pas si vite ! Aussi anodine soit-elle, la question tout comme sa réponse sont chargées de représentations. Ne tombons pas aussi facilement dans le mirage d’un désert culturel notamment en hors saison touristique. Qu’entendons-nous par culture ? Tant de flous, tant de connotations remplissent ce terme. Nous associons volontiers le mot culture au monde urbain en raison du modèle culturel dominant de nos sociétés. D’où l’apparition d’un léger rictus ou d’un sentiment d’écart, d’éloignement par rapport à la ville, à l’évocation de la question au cours de certains entretiens. Plus restreint, notre fil rouge de l’enquête s’est concentré à l’étude de quelques aspects formels ou non d’animations de la vie locale. L’idée derrière a été d’observer les modes de transmission d’une pratique culturelle dans ce qu’elle a de savante ou divertissante tout en étant révélateurs des liens sociaux tissés dans le territoire. Ainsi, les formes de sociabilités actuelles constituent-elles une forme d’hybridation entre pratiques anciennes et enjeux contemporains ? 

Un pays cultivé

Le Queyras dispose d’une tradition de culture forte et ancienne autour du livre et de l’écriture. Que d’étonnements pour certains voyageurs du XIXe siècle de voir se jouer des pièces de Molière le soir à la veillée ou parler le latin. Sous la plume de Victor Hugo dans Les Misérables, ces hautes vallées alpines apparaissent comme un vivier de « colporteurs en écriture », fameux instituteurs ambulants louant leur service l’hiver plus bas dans les vallées ou en plaine. La famille joue un rôle central dans la transmission de cette culture savante dont l’un ou plusieurs membres disposent de la position respectable du « lettré », passeur et gardien de cet héritage. En cela, les veillées constituent un moment privilégié de ce partage entre familles du voisinage. Autre institution déterminante dans la vie culturelle de ces sociétés dites traditionnelles, l’Eglise. L’une des manifestations les plus visibles en est l’organisation des fêtes patronales dans chaque hameau et villages pour la dévotion auprès du saint patron du village, autour de messes et autres rites.

Un relais aux changements : le milieu associatif 

Les effets de l’exode rural initiés dans la seconde moitié du XIXe siècle et s’étalant jusqu’aux années 1960-70 ont profondément déstructurés ces liens au sein de la communauté locale. Tandis que le mode de vie paysan se fragilise au profit de comportements plus urbains, les organisations pivots dans la transmission de la culture sont profondément remis en cause, les liens familiaux se distendent, la veillée trépasse. L’Eglise voit sa place s’affaiblir et les fêtes patronales sont jugées d’un autre temps. Les années 1970-1980 et 1990 constituent une période de transition notoire. Sous l’impulsion de néo-ruraux ou bien à l’initiative de personnes originaires du Queyras revenus sur place, les pratiques liées à la culture et au divertissement évoluent dans leur forme, pour se mettre en phase avec le monde urbain. Deux événements majeurs sont les signaux de cette transition : la création de l’ACQ -association culturelle du Queyras- devenue depuis l’ACSSQ –association culturel, sociale et sportive du Queyras- dans les années 80 et le projet Retour en Queyras en 1985, célébrant le retour de près de 800 descendants de Queyrassins protestants qui avaient dû s’exiler à la suite de la révocation de l’Edit de Nantes, 300 ans plus tôt. Le développement du tourisme a lui aussi bouleversé le rapport aux animations engendrant un renouveau de certaines animations/manifestations déconsidérées jusqu’alors. Les fêtes de village, notamment l’été s’en trouvent revivifiée, conservant quelques aspects traditionnels. La messe matinale est conservée mais elle s’accompagne de feux d’artifice, d’un bal avec DJ, d’une kermesse et d’un concours de boules à l’image de la fête patronale du 15 août à Château-Queyras. Sinon l’exemple de la couverture accordée à la Foire de la Saint-Luc de Guillestre par le magazine édité par l’Office du tourisme du Guillestrois-Queyras témoigne de ce projet de remettre au goût du jour une manifestation à la présence ancienne sur le territoire. Avec pour ambition d’étendre à l’année l’offre touristique en dehors des deux pics estival et hivernal, la foire aux bestiaux, les concours agricoles, l’exposition du matériel agricole ne trouvent plus aussi fondamentalement leur utilité économique et leur fonction de partage des savoirs agricoles mais sont devenus davantage l’étendard d’une tradition, d’une authenticité préservée, affichée avec fierté aux devants des touristes.  

Couverture consacrée à la Saint-Luc de Guillestre du magazine édité par l’office du tourisme du Guillestrois-Queyras, octobre 2019

Jouer de ses handicaps 

Pour les habitants à l’année, loin des centres urbains, le Queyras tente de jouer sur ses handicaps pour surmonter les difficultés afin de rendre accessible la culture. Le modèle associatif, flexible dans son organisation, trouve pleinement son efficacité pour constituer ce relais de culture afin de palier au manque d’équipements. Des équipements culturels de proximité ont été mis en place, à commencer par des bibliothèques municipales, une école de musique à Arvieux, un cinéma non loin à Guillestre, ainsi que des salles des fêtes dans presque chaque commune ou l’espace jeune fab/lab en projet au siège de l’ACSSQ à Aiguilles. Nombre d’associations dans diverses domaines (patrimoine, musique, théâtre, sportif, danse etc…) revivifient la vie sociale des villages.

Le siège de l’ACSSQ à Aiguilles

Pourtant, signe de ces clivages urbain/rural persistant, la majorité des membres d’associations à vocation culturelle et/ou patrimoniale est constituée de néo-ruraux et/ou personnes originaires du Queyras revenus à l’occasion de leur retraite.

Une des activités proposées par l’ACSSQ auprès des personnes âgées, symbole de la citadinisation de certaines activités

Certains prennent les devants et si la culture n’arrive pas jusqu’à eux, ils n’hésitent pas à aller vers elle. Ils s’organisent notamment au travers de l’ACSSQ pour covoiturer en kangoo sept places jusqu’à Guillestre, Gap ou encore Briançon afin de se rendre par exemple au théâtre ou à un concert. Là encore la mobilité est très importante. Un bibliobus parcourt le territoire, des projections cinématographiques itinérantes ont toujours existé. Outre leur rôle habituel de socialisation dans les villages, les bars peuvent devenir également un lieu de diffusion de la culture. Le Bô Bar d’Aiguilles propose ainsi périodiquement des concerts pouvant accueillir parfois plus d’une centaine de personnes! De même qu’une maison ou qu’une ferme peuvent également devenir le temps d’une soirée, un lieu de concert ou de représentations théâtrales.

Se loger dans le Queyras, tout en respectant le cadre naturel

Depuis la fin du XXe siècle, l’ensemble du Queyras est confronté à la problématique des « lits froids », ces lits et habitats vides qui peinent à être loués lors de la saison hivernale. De la même façon, cette situation est surtout observée en haute montagne et provoque des déséquilibres dommageables pour les collectivités locales. D’autant plus que le prix du foncier ne cesse d’augmenter depuis une vingtaine d’années.Partant, les volets de nombreuses résidences étaient fermés lors de notre séminaire, qui s’est déroulé hors des saisons touristiques.Toutefois, des initiatives politiques ont été pensées afin d’attirer des familles et des touristes, tout en préservant les habitants à l’année. Afin de ne pas souffrir du soustourisme, mais également du surtourisme. Si bien que l’enjeu pour ce territoire est de savoir comment repeupler ces espaces, tout en pérennisant un tourisme respectueux du cadre naturel queyrassin ? Partant, nous nous appuierons essentiellement sur le cas de Ceillac. Ainsi que sur son ancien maire Phillipe Lamour,qui incarne encore pour les habitants du Queyras, le renouveau touristique de ce territoire.

Initialement, cet attrait pour le tourisme, comme source d’attractivité et de revenus pour le territoire, s’intensifie après l’inondation de juin 1957. Pendant une semaine, des pluies torrentielles se sont abattues sur le relief, provoquant d’importantes crues ainsi que des déplacements d’alluvions. Dès lors, les habitats et les principales routes détruites ont été fortement impactés, et une partie de la population Queyrassinne fut évacuée par hélicoptère. Cette catastrophe a notamment été diffusée dans les salles de cinéma français par le Journal des Actualités Françaises, du 4 septembre 1957, ainsi qu’en une du JT de 20h, le 5 septembre de la même année. Ces courts documentaires dépeignent le Queyras comme une vallée perdue, avec des habitats vétustes et comme un espace très peu peuplé, tel un désert.

En conséquence, ce phénomène a poussé cet espace se vidant, à développer le modèle touristicoagricole. Ce qui n’a fait qu’accélérer la politique prévue au niveau national. Ce choix politique, de faire basculer le Queyras vers le tourisme, fut également l’objet du documentaire « La montagne pour les Hommes », paru le 15 décembre 1974 dans La France défigurée, magazine audiovisuel de 1971 à mai 1977, diffusé sur l’ ORTF. Crée par Louis Bériot et Michel Péricard, gaullistes de la première heure, ils furent soucieux de préserver un cadre rural mythifié,tout en déplorant l’urbanisme naissant . De sorte que le Queyras y est dépeint d’une manière enchantée, d’un calme absolu et préservé de toutes nuisances émises par la ville. Quant à elle perçue comme source de corruption et du mal vivre.Si bien que face à cette montagne, faite de pâtures et d’air frais, la ville est présentée de manière grisonnante, croulant sous les rejets des pots d’échappement. De fait, l’enjeu de ce documentaire est de savoir comment « repeupler » ces espaces, tout en préservant ce cadre naturel. C’est ainsi que Phillipe Lamour, ancien maire de Ceillac en 1965, nous a été présenté par le maire actuel, M.Grossan, comme l’ initiateur de ce renouveau touristique en Queyras. Sa volonté d’assurer le maintien d’une vie villageoise, en ajoutant aux activités agricoles, les revenus d’une nouvelle activité touristique, prend d’autant plus corps avec la création de la Société d’intérêts Collectif Agricole. En sorte que dans les années 1970, au moment de la création des gîtes, la SICA donnait 25 % d’aide. Encore aujourd’hui, on retrouve des traces de cette politique puisque la SICA donne des aides financières pour les gîtes ayant conservé des liens avec le monde agricole. Bien que cette société coopérative existe en France, depuis la loi du 10 septembre 1947. De sorte qu’elle existe aussi sur d’autres espaces que le Queyras.

En outre, cette inflexion touristique s’est notamment traduite par le réinvestissement de dix-neuf ceillaquins dans des immeubles individuels. Résidences qui ont été surélevés sur les pentes du village , afin d’échapper à tout risque d’inondation. De sorte que, ce choix reste perceptible à travers la topographie du paysage. Si bien qu’en réalisant notre carte sensible, nous avons constaté une nette distinction entre le village d’en « bas », habité par les natifs du lieu, et d’autre part, les résidences secondaires installées sur les pentes. Celles-ci sont faites de bois car contraintes de ressembler à des chalets, afin d’attirer et de loger des touristes . Résidences secondaires, Ceillac, 24 octobre 2019

De la même façon, cette alliance du tourisme au modèle agricole quesyrassin, se retrouve à Arvieux, comme peut en témoigner notre entretien avec la propriétaire du gîte des « Bons Enfants ». Initialement, ce gîte, qui alliait bergerie et forgerie à une maison, appartenait à son père, agriculteur et commerçant. En prenant la décision de réaliser le GR58, grand tour du Queyras en randonnée, Phillipe Lamour a demandé aux petits commerçants de le transformer en gîte. C’est ainsi qu’au début des années 1970, on recensait « seulement » cinq gîtes, et qu’actuellement, une trentaine existe. C’est ainsi que la résidence primaire tend à se faire distancer par la résidence secondaire, occupée lors des saisons touristiques, que sont les saisons hivernales et estivales.

Résultat de recherche d'images pour "Les bons enfants arvieux"                                                        ©Le gîte “les bons enfants” , Jean-Claude LORDIER

Cet entretien a également soulevé les changements entretenus par les propriétaires avec leurs gîtes. Dans les années 1970, ceux-ci assuraient la pension complète en totale autonomie. Étant donné que leur gîte aussi était leur lieu de résidence.Alors qu’en ce début de XXI e siècle, ces nouveaux propriétaires, que sont les jeunes couples, proposent la demi-pension. Tout en n’assurant le service qu’en période saisonnière. Par conséquent, les stations de montagnes sont fortement impactées par cette «flexibilité touristique», étant donnée que le porte-monnaie d’une majorité de français ne permet plus d’assurer la tendance aux longs weekend dès années 1970. D’autant que le facteur météorologique est aussi à prendre en considération.En somme, cette évolution résulterait de l’adaptation face aux nombreuses annulations de leurs clients, ainsi que d’une recherche d’indépendance.

De plus, ce rapport que les touristes entretiennent avec cet habitat passager a aussi été souligné pour les hôtels. Premièrement, François, le gérant du gîte-hôtel restaurant de la Baïta du loup à Saint-Véran a mis l’accent sur le temps des séjours touristiques. Partant, en été les touristes seraient nombreux à arriver vers 16h et à repartir dès le lendemain.Tandis qu’en hiver, le temps de séjour est plus long, en s’étendant sur une semaine. A priori, les touristes de la période estivale changerait régulièrement d’hôtel à chaque étape de randonnée, tandis que la période hivernale resterait encore dévolue à des vacances familiales, passée à la montagne. Lors de ce même entretien,il a aussi mentionné les propriétaire de hôtel 4 étoiles de Saint-Véran qui ont dû construire une zone commerciale à l’intérieur de leur hôtel.Dans le but de satisfaire les désirs de luxe propresà sa clientèle. De fait, ce village ne correspondrait pas à cette sollicitation car touche une clientèle plus modeste.Pareillement, ce type d’établissement existe dans les Alpes d’Huez, situées dans l’Oisans. C’est ainsi que l’Hôtel 4 étoiles, le Pic Blanc, propose à sa clientèle huppée, un spa « Pure Altitude » ,une piscine intérieure chauffée, une terrasse solarium , un de ski room et une boutique de ski shop ainsi que quatre salles de “co-working”.

Enfin, le prix élevé du foncier reste l’une des difficultés principales pour ceux désirant se loger dans le Queyras.Comme les participants de la soirée organisée autour du documentaire «Rendez-vous dans le Queyras», dans l’émission Nos terres inconnues sur France 2, l’ont soulevé.Si bien que l’appropriation et l’accès à la propriété en Queyras n’est pas accessible à tous puisque les prix au m² varient entre 500 à 3000 euros, selon l’agente du tourisme de Guillestre. Ainsi, ils sont nombreux à aller habiter à Guillestre . Or, cet habitat reste onéreux étant donné que le prix du m² est de 220 euros en moyenne.Partant, ce prix engendre le problème du manque de touristes. D’autant plus que cette population vieillie et qu’aucune nouvelle famille ne vient s’y installer. Au point que certaines écoles, comme à Molines, ont dû fermer leurs portes.

Par conséquent, ces touristes restent pour le Queyras, un enjeu économique essentiel, que ce soit des habitués se logeant dans des résidences secondaires ou dans des gîtes d’étapes, avec une clientèle plutôt sportives, pratiquant la randonnée, le ski de fond, ou encore dans des hôtels.En somme, la volonté d’adaptation face aux réalités modernes, économiques et écologiques, sans pour autant renoncer au tourisme, reste un enjeu constant pour les queyrassins.

Nemoz-guillot Mélanie et Bouyi Clyde, étudiants en Master d’Histoire Appliquée à l’Université Grenoble Alpes.

Se nourrir en Queyras : production(s), approvisionnement(s) et consommation(s) dans un territoire de montagne

Qui n’a jamais souhaité, après une journée de ski ou de randonnée, de pouvoir s’attabler autour de «  spécialités montagnardes  » tel que l’incontournable trio : fromage – pommes de terre – charcuterie. Cette vision de la nourriture de montagne, qui réconforte, est bien entendu pleine de clichés. Il paraît difficile d’imaginer les habitants de ces espaces se nourrir exclusivement de plats aussi riches au quotidien; alors, comment se nourrir dans un territoire marqué par une spécificité environnementale et une activité touristique importante ? 

Derrière la thématique «  Se nourrir en Queyras  » se cachent des stratégies d’acteurs en termes de production, d’approvisionnement et de consommation alimentaires.

Produire localement.

D’abord centrée sur les activités traditionnelles, l’agriculture joue un rôle essentiel dans l’équilibre du Queyras. Face aux mutations du territoire, notamment l’urbanisation et la hausse de la population, les agriculteurs se doivent d’innover et de dialoguer.

L’agriculture queyrassine est soutenue par des fromageries artisanales à Château-Ville-Vieille et à Guillestre, qui s’approvisionnent en partie dans le Queyras et donc valorisent la production locale. De leur côté, les élevages ovins et bovins servent à la production de viandes ou sont vendus aux producteurs laitiers. L’élevage s’adapte aux contraintes environnementales du territoire, mais depuis la fin des années 1970, dans un contexte de recul général des exploitations agricoles dans la région, il semble décliner  numériquement. 

À côté, de nombreuses cultures de la terre à échelles plus réduites, prenant la forme de potagers, ont essentiellement une vocation d’approvisionnement plus personnel. Elles peuvent aussi contribuer à l’avitaillement de l’hôtellerie et de la restauration.

Jardin du gîte Les Bons enfants, Arvieux, octobre 2019.

 

De nouvelles activités se sont développées comme l’apiculture et le maraîchage. Une commerçante de produits du terroir (à base de miel notamment), à Molines-En-Queyras, ancienne apicultrice et aujourd’hui associée à son frère apiculteur et éleveur souligne que «  le métier va bien, car la nature va bien  ». La richesse botanique du territoire permet la prolifération de cette activité, mais «  c’est le tourisme qui fait vivre les gens  » du fait de la faible nombre d’habitants à l’année. Des partenariats existent avec des établissements d’hôtelleries et de restauration ; c’est une manière de faire du profit et la publicité. Certains commerçants ont un rôle social important. Boulangeries, bars, restaurants et autres sont des lieux de commerce, mais aussi de sociabilités voire de mémoire.

S’approvisionner à l’extérieur du territoire. 

Le Queyras n’est pas un territoire autosuffisant ; les approvisionnements extérieurs ont toujours existé en plus des productions locales. Le restaurant La Ferme de l’Izoard, à Arvieux, et le gîte Les Bons enfants, à Brunissard, s’approvisionnent par exemple en viande à Briançon. De même, si les nombreux Proxi et Le Relai des mousquetaires de Château-Ville-Vieille alimentent les habitants en produits de premières nécessités, l’Intermarché de Guillestre, reste un lieu de ravitaillement non négligeable à la frontière du PNR.

Malgré un lien fort entre un cadre de vie proche de la nature et une volonté de manger sainement, certains n’hésitent pas à aller loin pour obtenir une alimentation de meilleure qualité (ex. : biocoop d’Embrun). 

En Queyras, des démarches citoyennes comme l’association Juste un zest, créée en 2013 (importation d’agrumes de Sicile), et l’AMAPP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne de Proximité) valorisant les circuits courts, promeuvent une agriculture respectueuse des terres et des hommes, en rendant les membres de l’association à la fois acteurs et consommateurs, tout en permettant la circulation de fruits et légumes produits de régions variées.

Valoriser le local : devenir(s) de l’alimentation en Queyras.

La nourriture est un moyen de promouvoir le Queyras. Outre les productions locales, la présence de restaurants est indispensable à l’activité touristique et à la vie queyrassine. L’aspect local et régional de la cuisine est souvent vanté. Les propriétaires du restaurant La Ferme de l’Izoard promeuvent «  une cuisine de marché […] traditionnelle et raffinée  » à base «  de produits frais […] locaux, français et de saison  ». C’est également le cas du gîte Les Bons enfants, à Brunissard, qui mobilise les légumes du potager ; même si durant la basse saison, l’importance des conserves est à noter. D’autres infrastructures, font face à la saisonnalité, c’est le cas du snack du col Agnel, Chez Mem’s, créé il y a 17 ans, par Séverine Jolibois et Magali Chaix, ouvert en juillet et en août, dont la clientèle, fidèle, est constituée de randonneurs et de résidents secondaires. Des restaurants aux snacks, tous tendent à une cuisine «  locale  » pour promouvoir leur territoire. Cette stratégie vise à combler des clients qui viennent «  manger Queyras  » en retrouvant dans leurs assiettes des productions régionales. 

La patrimonialisation des fours banaux et campaniles obéit à des logiques similaires. Ces lieux qui servaient à prévenir des dangers, à convoquer pour les corvées ou pour les événements importants, sont parfois encore utilisés occasionnellement aujourd’hui pour les fêtes villageoises ;  en plus d’être des référents communs pour les habitants des villages, ils sont des éléments au cœur des stratégies touristiques queyrassines. Ils sont au service d’une mise en scène de l’authenticité et de la traditionalité de la vie quotidienne queyrassine que viennent en partie rechercher les touristes. Les lieux permettent de se remémorer, ils situent les souvenirs spatialement et temporellement ; ils sont au service d’une mémoire collective. 

Four, Arvieux, octobre 2019.

Les mémoires des populations locales sont parfois utilisées. En 2017 est paru l’ouvrage Vers l’agroécologie : paroles de paysans à l’initiative des PNR de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur et de l’association Geyser. Il vise à rassembler les savoirs des «  paysans  » hérités des générations passées et des expériences du présent en vue de penser une agriculture plus écologique.

Le Queyras nécessite des approvisionnements. Produits locaux et extérieurs, transformés localement, sont mis au service de la promotion du territoire. Les stratégies d’alimentations sont complexes et s’adaptent aux besoins des acteurs. Pour certains, l’avenir de l’alimentation en Queyras passe par la mise en place de nouveau mode de consommation tels le flexitarisme, le végétarisme ou encore le véganisme. D’autres problématiques se cachent derrière ces questions comme celles du rapport à la «  nature  » et à la faune «  sauvage  », mais aussi les conflits liés à la chasse ou la pêche. 

Alexandre Pierre et Thomas Pellissier, étudiants en Master d’Histoire Appliquée à l’Université Grenoble Alpes.

Comment va la santé ?

Etude de l’accès aux soins en pays queyrassin

Être malade en montagne. Rien de pire, pourrait-on penser. On s’imagine souvent le tableau type d’un désert médical comme peuvent les décrivent les pastilles catastrophes du JT de 20h : des heures de voiture avant de trouver un hôpital, une file d’attente interminable dans le cabinet du seul médecin de la région, un véritable chemin de croix pour se procurer un paquet de Doliprane. Mais, paradoxalement, ce tableau s’articule avec une autre vision de la montagne : celui des secours en montagne ultra-performants, des hélicoptères qui quadrillent le ciel à la recherche de skieurs un peu trop casse-cou ou d’alpinistes pris au piège par les avalanches. Même si nous nous doutions bien que ces clichés étaient sûrement erronés, les contraintes géographiques, météorologiques et la population peu nombreuse (environ 2400 habitants) impliquent forcément une adaptation du système de santé.  Notre séminaire de terrain était l’occasion pour nous d’étudier l’organisation médicale et de se demander si, oui ou non, il est réellement plus difficile d’être en bonne santé dans le Queyras.

Croquis du Centre Hospitalier d’Aiguilles, réalisé le 23 oct. 2019 par Justine Gardier.

            Le premier jour de notre enquête, nous nous sommes rendues à la Maison de Santé et au Centre Hospitalier d’Aiguilles, accolés l’un à l’autre, qui sont le cœur battant de la médicalisation en Queyras. La Maison de Santé assure la prise en charge des urgences et le suivi des habitant.e.s, tandis que le Centre Hospitalier est réservé aux séjours de court ou long terme, pour les personnes âgées ou celles atteintes de pathologies spécifiques. Contrairement à ce que nous pensions, avoir un suivi médical régulier est possible, malgré, il est vrai, un manque notable de médecins. Face à l’impossibilité de trouver un médecin permanent, la Maison de Santé assure une présence médicale grâce à un roulement bien organisé : plusieurs praticien.ne.s, venu.e.s des villes voisines comme Gap assurent des permanences afin de permettre la présence d’un.e médecin, cinq jours sur sept. Un planning de ces rotations est affiché par le secrétariat à plusieurs endroits stratégiques afin que les personnes souhaitant un suivi de type « médecin de famille » puissent savoir quel jour de la semaine leur médecin sera présent. Enfin, la Maison de Santé met un service d’infirmi.er.e.s à domicile à disposition des personnes ne pouvant pas se déplacer. Tous ces aménagements, fruit d’une auto-organisation bien pensée, permettent de pallier le manque de praticien.ne.s et d’assurer aux habitant.e.s un accès correct à la médecine générale.

Néanmoins, le Queyras souffre tout de même d’un manque de médecins, et notamment de spécialistes. Un.e dentiste se rend à la Maison de Santé seulement une fois par mois. Un délai bien long, me diriez-vous, mais, si l’on réfléchit bien, la situation n’est pas bien différente en ville, où il est très difficile de trouver un.e praticien.ne acceptant les nouve.aux.lles patient.e.s, et où il faut parfois attendre jusqu’à six mois avant d’obtenir un rendez-vous chez un.e ophtalmologue…

Association Culturelle Sociale et Sportive du Queyras. Image issue du site internet www.toutle05.fr
https://www.toutle05.fr/item/acssq-association-culturelle-sociale-et-sportive-du-queyras/

En parallèle du système médical, il existe un réseau associatif fort en Queyras, qui permet de prévenir les problèmes de santé plutôt que de les guérir. L’Association Culturelle Sociale et Sportive du Queyras (ACSSQ) propose de nombreuses activités (renforcement musculaire, yoga, danse, escalade…) accessibles à tous les âges, ainsi que des rencontres qui permettent de renforcer les liens sociaux et les réseaux de solidarité entre les habitant.e.s. L’association a aussi mis en place un système de navettes pour les personnes âgées afin de les emmener consulter des spécialistes à Gap, Guillestre ou Embrun lorsque ce.ux.lles-ci ne peuvent plus se déplacer. Enfin, l’ACSSQ organise régulièrement des journées dédiées à la prévention d’une pathologie en particulier, comme le dépistage du cancer du sein.

Alors, certes, l’offre proposée par l’ACSSQ en termes d’activités sportives est moins fournie que dans les grands villes, mais la montagne propose une grand choix d’activité de plein air dont profitent pleinement les Queyrassins. Les habitants, selon la Dr Girard, sont en meilleure santé qu’en ville grâce à la qualité de l’air, de la nourriture et de la vie en général. Les habitant.e.s rencontré.e.s, souvent des ex-citadin.e.s venus de Lyon, de Fos-sur-Mer ou de Paris, nous ont confié avoir déménagé en partie pour la promesse d’une qualité de vie supérieure à celle qu’ils pouvaient avoir en ville, et aucun.e  ne s’est trompé.

Au final, alors que l’on s’attendait à recueillir en Queyras des plaintes concernant le manque d’accès aux soins, les habitant.e.s ont un accès à la santé aussi qualitatif que dans les grandes villes. Les difficultés pour l’accès au soin sont surmontées grâce à une auto-organisation rigoureuse, une prévention efficace et une solidarité importante entre les habitant.e.s.

Lisia Briot, Fleur Vernier, Justine Gardier , M2 d’Histoire Appliquée

Travailler en Queyras

Travailler en Queyras, quelle drôle d’idée ! On y vient pour les loisirs ! Mais il faut bien des travailleurs pour les loisirs des autres. Et le travail est un marqueur intéressant pour analyser une société, il permet de voir comment l’on peut vivre, dans quelles conditions, ou encore pour quel intérêt.  « Saisonnier, aléatoire, rare », tels sont des qualificatifs du travail en Queyras que nous avons pu entendre au cours de notre étude. Est-ce bien le cas ?

Le Queyras a toujours vécu au rythme des saisons. Mais pendant plusieurs siècles les saisonnier-ère-s étaient ceux-celles qui quittaient la région l’hiver quand l’agriculture était en sommeil. C’étaient les colporteur-se-s, les instituteur-trice-s ambulant-e-s. Aujourd’hui, l’activité touristique a supplanté l’agriculture, et le travail dans le Queyras est rythmé par trois périodes : une saison d’hiver avec le ski, des inter-périodes d’activité réduite au printemps et à l’automne et une importante saison d’été avec le tourisme de montagne (randonnée, rafting…).

Pour étudier ce que travailler en Queyras signifie, nous avons observé les différents secteurs d’activité, l’effet saison et l’origine des travailleurs.

DANS QUELS SECTEURS D’ACTIVITE LES QUEYRASSIN-E-S TRAVAILLENT-IL-ELLES ?

Sur un modèle en « couches d’oignon », inspiré des schémas des systèmes productifs, l’activité du Queyras peuvent être répartie en plusieurs domaines, indispensables, pour que l’ensemble fonctionne.

Un cœur d’activité dont la production est destinée à l’exportation. L’exportation est soit physique (exemple de la production laitière qui exporte ses fromages vers d’autres territoires), soit économique (exemple du tourisme qui vend sur place des services à des consommateurs venu d’autres territoires). C’est le positif de la balance commerciale,

Un secteur production-consommation locale. C’est l’activité des Queyrassin-e-s qui prend possible la production du « cœur d’activité » : commerces permanents, artisanat du bâtiment, de l’automobile, etc…

Un secteur d’accompagnement. L’environnement qui permet aux deux premières de s’exercer : les services publics, le secteur de la formation, le secteur de la santé, etc…. 

Attention ! ceci n’est pas une hiérarchie, c’est une analyse fonctionnelle. Par exemple le plus gros employeur permanent n’est pas dans le cœur d’activité ; c’est la santé avec l’hôpital-EHPAD d’Aiguilles.

LA SAISONNALITE

La saisonnalité a deux effets : la pluri-activité des Queyrassin-e-s et l’emploi saisonnier. En effet, de nombreux habitant-e-s sont des travailleur-se-s pluri-actif-ve-s dans une alternance liée aux saisons, par exemple électricien huit mois par an et moniteur de ski pendant les quatre mois d’hiver. Cette saisonnalité impacte aussi la nature des activités. Les opérations de maintenance des équipements touristiques, qu’ils soient publics (remontées mécaniques) ou privés (hôtels, centre de vacances) ont lieu en intersaison.

Par ailleurs l’embauche de saisonnier-ère-s est fréquente, été comme hiver, certain-e-s revenant à chaque saison pendant plusieurs années, d’autres ne faisant qu’une saison – les « météores » comme les appelle la directrice du développement économique de la communauté de commune. Quelques exemples : Les remontées mécaniques emploient près de 150 personnes en hiver. Il y a aussi de très nombreux moniteur-trice-s de ski. A Aiguilles, en hiver, l’espace ludique et la patinoire emploient 3 personnes. L’été, 8 étudiant-e-s ou saisonnier-ère-s professionnel-le-s sont embauché-e-s pour le camping et la piscine. D’autres activités que le sport ou le loisir sont impactées. La coopérative laitière de Ville Vieille qui transforme chaque année plus de 1 million de tonnes de lait en 120 tonnes de fromage emploie 4 saisonnier-ère-s en été et 3 en hiver pour la vente. Une supérette dans laquelle travaillent 3 personnes voit sa fréquentation multipliée par cinq en été et embauche jusqu’à 6 personnes. Même la Maison de l’Artisanat doit se renforcer en été pour la vente. Et bien sûr l’hébergement-restauration (hôtels, gîtes, locations).

QUI TRAVAILLE EN QUEYRAS ?

Les nouveaux propriétaires du restaurant Le Vis’ô à Molines ne sont pas Haut-Alpins (Var et Nord) et, comme ils disent, ils ont trouvé là « l’endroit où on réalise ses rêves ».

Y a-t-il en Queyras deux grandes divisions : les Queyrassin-e-s « de souche » qui occupent les emplois permanents et les saisonniers ? La réponse est sans doute non. Même de façon surprenante de nombreux-ses Queyrassin-e-s, travailleur-euse-s permanent-e-s ne sont pas originaires de la région. Par exemple, Vincent directeur de la coopérative laitière-fromagère , issu d’une ENIL (Ecole nationale d’industrie laitière), est venu en Queyras pour le travail qu’il ne trouvait pas dans sa région, le Sud-ouest. Parmi les trois employées du service administratif de la mairie d’Aiguilles, une seule est Queyrassine. A la coopérative laitière de Château-Ville-Vieille, sur 12 salarié-e-s permanent-e-s, seuls 2 sont natif-ve-s du Queyras, et 4 seulement y habitent. 

A l’inverse, et à l’image de plusieurs maires ou anciens maires, des Queyrassins ont fait carrière ailleurs et sont revenus au pays. L’un est ancien cadre du Conseil départemental, un autre est ancien professeur de la formation agricole, un troisième a fait une carrière d’ingénieur dans de nombreux pays au gré des chantiers de son entreprise.

L’hiver le col d’Izoard et celui d’Agnel sont fermés par la neige. Le pays devient une sorte de presqu’île reliée au reste du monde par les gorges du Guil. Et pourtant, le Queyras a toujours connu la saisonnalité de l’emploi. Mais les flux se sont inversés. Travailleurs saisonniers sortants l’hiver, comme les colporteurs et les instituteurs ambulants, avant les années 1960 quand l’agriculture dominait l’économie. Saisonniers du tourisme entrants maintenant pendant les deux saisons d’hiver et d’été.

Baptiste Calcagni, Daniel Charbonnel, Kamar Mokhabir

Premier retour du séminaire de terrain, journée d’étude du 14/11/2019

Le jeudi 14 novembre s’est tenue à l’université Grenoble Alpes une journée intitulée Les réseaux sociaux : un outil pour la recherche ? Le cas des territoires de montagne. Elle a été organisée par Raphaël Lachello et Perrine Camus (LARHRA). Nous avons présenté à cette occasion les différents projets de restitution du séminaire de terrain.

Pour cette présentation, nous nous sommes répartis en “bloc”, chaque bloc étant chargé d’un aspect de la restitution. En nous appuyant sur des posters, nous avons expliqué notre démarche à un public d’étudiants et de chercheurs. Vous trouverez dans ce billet les posters réalisés par chaque bloc.

Déroulement de la journée
Matin : trois interventions sur l’usage des réseaux sociaux en sciences sociales.
Après-midi : une intervention, puis l’atelier de restitution animé par les étudiant.e.s de master.

Réaliser une vidéo sous forme de vlog pour rendre compte de nos travaux
Communiquer nos avancées sur les réseaux sociaux
Alimenter le carnet hypothèses de nos différentes analyses
Restituer notre séminaire auprès d’étudiants de licence