Le masque : soutiens, contestations et médiations sur Twitter en France

Dans le cadre du projet de fin de semestre portant sur la constitution d’une veille scientifique des sources et travaux à propos de la Covid-19, notre groupe a été chargé de surveiller le traitement de la pandémie sur les réseaux sociaux, et plus particulièrement Twitter.

 

Voici le tableau Excel nous permettant de faire notre veille scientifique. Les quatre tweets qui servent à illustrer les différents discours en sont issus.

Veille-scientifique.xlsxTélécharger

Pourquoi le réseau social Twitter ?

 

En 2020, Twitter compte 186 millions « d’utilisateurs journaliers actifs monétisables » dans le monde. C’est un réseau social qui permet d’obtenir une information originale générée en temps réel. L’instantanéité et la connectivité des informations le caractérise. Twitter permet également l’interaction en réseau, grâce au hashtag (#). Ce dernier permet de former des groupements ad hoc et d’organiser les communications par thèmes, par mots clés. Les hashtags facilitent la recherche d’informations et ainsi la veille informationnelle.

Ainsi, Twitter est une mine de sources primaires générées par les utilisateurs, enrichies de métadonnées qui permettent leur contextualisation. C’est pour ces différentes raisons que nous avons décidé de choisir Twitter comme source pour notre travail.

La question juridique : quel usage légal du contenu de Twitter ?

Dans ses Conditions d’Utilisation, Twitter précise que l’usager doit être conscient qu’en consultant le contenu du réseau, il risque de s’exposer à des propos ou images offensants, inappropriés ou erronés. Cela implique, pour nous, de trier et questionner la véracité des informations qui nous sont délivrées.

De plus, dans sa Politique de Confidentialité, Twitter explique que lorsqu’un utilisateur publie un contenu, il délivre, de fait, une licence dite « mondiale » qui autorise le réseau et n’importe qui y ayant accès à disposer du tweet à sa convenance sur et hors de la plateforme. Une fois publiés, les tweets échappent donc à leur rédacteur et peuvent être repris ou diffusés par n’importe qui. Ainsi, nous sommes en droit de conserver des tweets, de les étudier et de les publier.

Cependant, se pose la question de la possibilité de diffuser le nom ou le pseudonyme de l’auteur d’un tweet ? En effet, Twitter insiste sur le fait qu’un utilisateur peut utiliser un pseudonyme s’il préfère ne pas utiliser son propre nom, sachant que le nom d’affichage et le nom d’utilisateur sont toujours publics. Il n’est à aucun moment question du droit ou non à diffuser un pseudonyme ou un nom. Par mesure de précaution, nous masquons donc tous les noms.

Notre méthodologie : comment utiliser Twitter comme source historique ?

Nous avons commencé notre recherche sur Twitter avec une série de mots clés. Les tweets peuvent être diffusés par différents acteurs, allant d’une personnalité publique à un individu lambda. Il est important de distinguer à chaque fois le type d’auteur à qui nous avons affaire.

Lors de l’étude de chaque tweet que l’on capture à un moment donné, l’on peut étudier sa portée et les réactions qu’ils ont suscitées. La capture d’écran nous permet de fixer le contexte dans lequel nous avons recueilli l’information. L’hyperlien du tweet quant à lui, constitue la référence à la source, nous permettant de revenir sur ce tweet pour constater si entre-temps, celui-ci a évolué.

A la suite d’une capture, on précise la date de publication mais aussi la date de consultation de celle-ci, vu qu’entre temps, les tweets peuvent prendre de l’ampleur ou disparaître de la plateforme. Étant donné que ces tweets ont une portée variable à travers le temps, il faut préciser sa portée à l’instant de capture.

Prenant tout ceci en compte, nous avons classé nos tweets sur le tableur Excel précédemment cité, afin de mettre en évidence toutes les informations pertinentes à distinguer lors du traitement de cette source.

Le processus de mise en place de la recherche historique

Tout d’abord, nous avons dû mettre sur pied les moyens de travailler en commun. Nous avons commencé par créer un serveur Discord, un Google Drive et un compte Twitter commun, appelé « Groupe 1 Hist Num », qui nous permet d’assurer la phase de récolte.

Il nous a ensuite fallu justifier pourquoi nous avons choisi le réseau social Twitter, nous poser la question juridique et réfléchir à notre méthodologie. Puis nous avons commencé la récolte d’informations en sélectionnant une vingtaine de tweets que nous recensons dans le tableur Excel susmentionné. Les hyperliens de ces tweets sont indexés dans un Wiki accessible via Moodle.

Une fois cela effectué, nous avons organisé notre réflexion. Ainsi, nous nous demandons quels sont les discours sur le port du masque dans le contexte de la Covid-19 sur Twitter en France entre avril et novembre 2020 ? Cette question nous a semblé pertinente car il s’agit d’un des sujets autour de la pandémie qui cristallise le plus de discours. Pour répondre à cela, nous comptons aborder la question via trois types de discours que nous avions identifiés (profane, médiatique et scientifique). Cependant, cela ne nous permettait pas d’aborder la question des interactions eux. En outre, il nous a paru plus pertinent d’analyser l’opposition entre “pro-masques” et “anti-masques”.

Difficultés d’une approche historienne de Twitter

Pour récolter l’information sur Twitter, nous avons rencontré plusieurs difficultés. Tout d’abord, du point de vue de l’historiographie, il est difficile de trouver des historiens ayant travaillé avec Twitter comme sources. On ne peut pas en tirer des informations sur l’actualité, pas de sources : l’intérêt est limité pour notre sujet. 

Aussi, le principal problème quand on cherche l’information sur Tweeter est bien connu : la masse de tweets et la qualité parfois douteuse de l’information peuvent empêcher de faire une analyse précise sur un sujet. Il n’existe pas de moyens d’empêcher la publication de fake news. Devant la quantité conséquente du contenu publié, il est compliqué de trouver l’information qui soit pertinente.

Conclusion : des discours multimodaux sur le port du masque

Nous avons conclu que la question du port du masque sur Twitter est très clivante. Il existe beaucoup de discours différents, mais nous constatons que bon nombre de ces discours sont négatifs à l’encontre du port du masque en France. Nous avons ici sélectionné des exemples de tweets qui démontrent la différence nette des discours. Cependant, ces tweets ne sont que la face émergée de l’iceberg et ne reflètent donc pas l’intégralité de la pensée sur le sujet. Ces tweets sont datés d’une part, du déconfinement de l’été 2020 et d’autre part, de la période du 2ème confinement actuel (décembre 2020). 

Il est intéressant de remarquer que dans le tweet n°1, l’usager avance des propos sans les prouver ou les sourcer et prononce un discours belliqueux envers le port du masque. Le tweet N°2 utilise le même argument sur l’inutilité du masque sans prouver quoi que ce soit. Mais pour contrebalancer ces tweets nous pouvons regarder les tweet n°3 et 4, où les auteurs semblent promouvoir le port du masque sans pour autant justifier leurs arguments.

TWEET N°1
TWEET N°2
TWEET N°3
TWEET N°4

Cette étude des discours sur les réseaux sociaux permet de mettre en lumière la nécessité d’étudier les réseaux sociaux et leurs intérêts dans la recherche historique.

Autrices et Auteurs : Justine Blanchon, Thomas Gardon, Maxime Jouval, Luca Leonarduzzi, Kamilia Messaoui, Sarah Patino et Thibault Verrecchia.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.