Les sciences sociales et le traitement de la pandémie de covid-19

« Jeter un œil dans le rétroviseur médical »1, « saisir la complexité de ces questionnements plutôt que d’offrir des réponses définitives »2, sont les démarches communément adoptées par les chercheur.es en sciences sociales afin d’analyser la pandémie de Covid-19. Si les interventions médiatiques d’historiens récoltées3permettent de nuancer historiquement des questionnements sur la pandémie ou sur l’après-pandémie, ces historiens sont toutefois plus réticents que les autres chercheur.es en sciences sociales à se prononcer sur les conséquences de la pandémie actuelle. Élaborer un corpus à partir d’interventions de chercheur.es en sciences sociales dans le débat public fut indissociable de la bonne organisation de notre groupe, notamment permis par l’éditeur de texte collaboratif Framapad qui étaya notre réflexion en nous confrontant à l’écriture collective. Si notre groupe détenait déjà quelques articles d’interventions d’historien.es, spécialisé.es notamment en histoire de la santé et/ou de la médecine 6,élargir notre étude à des chercheur.es en sciences sociales constitua la première étape. Mobiliser des articles et billets classés en thématiques 7par des scientifiques en sciences économiques et sociales de Lyon, constitua la seconde étape de notre cheminement. Après nous en être réparti la lecture, un choix pu dès lors s’opérer par la définition de nos propres critères de sélection . Ainsi, cet écrémage nous permit d’orienter la problématique du billet en interrogeant l’impact et les interférences constructives de ces recherches pour la société.  » Nonobstant, chacun est pris dans cette même tension, ce même problème face à l’urgence du présent qu’est cette « histoire chaude »4rendue complexe par le « déluge de chiffres » et le « déluge de commentaires sur les chiffres »5.

Analyses de la pandémie par des chercheur.es en sciences sociales

Les historiens contemporanéistes Jean-Pierre Rioux et Jean Garrigues interrogent le terme de « crise » utilisé comme un mot valise et également employé pour qualifier la Grande Dépression ou la Première et la Seconde Guerre Mondiale 8. Bien que l’universalité transnationale et sociale de cette crise du Covid-19 constitue une des similarités avec les crises précédentes, cette pandémie est singulière et le seul pont possible serait celui avec la « grippe espagnole » , également marquée par le retard des pouvoirs publics à agir sur l’épidémie .

L’historienne Anne Rasmussen insiste quant à elle sur le fil rouge des pandémies historiques et rappelle que « le contrôle des frontières est un grand classique » 9, les maladies étant régulièrement perçues comme lointaines et hors des frontières européennes, imputant ainsi au lointain le dangereux. En miroir, il y a néanmoins toujours eu des mouvements favorables à la libre circulation, particulièrement marqués depuis le XIXe siècle où la quarantaine est critiquée car perçue comme « coercitive et antiéconomique » puisque complexifiant l’approvisionnement des populations.

Vignaud Laurent Henri,historien, spécialiste de la médecine
Virus, le mirage du miracle,
Binge audio, 6 mai 2020 13’55 à 19’47 . Ce média permet une comparaison entre la ciclosporine (pensée en 1985 comme un « médicament miracle contre le SIDA ») et la pandémie actuelle.

Le sociologue François Dubet 10démontre lui l’effet de loupe qu’a la pandémie et le confinement sur notre société. Les « petites inégalités », « relativement banales et ne posant pas de questions majeures » deviennent dès lors centrales et insupportables. Aussi, il insiste sur toutes celles et ceux qui, habituellement constituent l’économie souterraine de notre société, deviennent désormais visibles aux yeux de tous.

Les sciences sociales comme levier d’action face à la crise ?

Cette recherche interroge les chercheur.es en sciences sociales sur leurs potentiels leviers d’action pour la diffusion de leurs résultats vers le milieu politique et la société afin d’aider, voire pour éviter le pire .

Repenser la gestion des plans de crises, les faire évoluer en privilégiant des études de cas plutôt que « des prévisions faites sur une logique procédurale, voire fictionnelle »11 paraît nécessaire si l’on veut mieux prévenir une éventuelle épidémie, en coordination avec le pouvoir exécutif. L’approche adoptée par Fabrice Cahen, Catherine Cavalin et Émilien Ruiz12 nous semble ainsi pertinente car au-delà des opérations de quantifications omniprésentes. Si habituellement aucun gouvernement ne va à l’encontre de la liberté des individus, ce fut sans compter sur la pandémie du Covid-19 où les  restrictions des libertés  publiques sont nombreuses. Ce que les gouvernements font des chiffres fut ainsi analysé de deux manières par certains chercheur.es : soit en les minimisant, en relativisant l’événement à l’égard du passé13, soit en les accentuant. Face à ces clivages, ces chercheur.es proposent ainsi de « laisser les analyses empiriques pour un temps plus apaisé » et se « servir de ces chiffres pour aider la société, et non pointer une instrumentalisation », d’autant plus qu’une analyse prématurée des chiffres  pourrait favoriser des thèses n’étant pas en accord avec les valeurs déontologiques inhérentes aux sciences sociales.

Géeodes, géo données en santé publique, Capturé le 20 décembre à 17h21
Cette cartographie des données de santé pour chaque département permettra une approche plus localisé a posteriori et un jeu d’échelle avec les données saisies à l’échelle internationale.

DemoMed, Observatoire Démographique de la méditerranée,Covid-19, Dernière mise à jour :
14 décembre,2020 10h
Ce graphique animé retrace de manière précise l’évolution globale de l’épidémie. «Alternative de médiatisation scientifique brute » , ces données permettront une analyse comparée et globale
a posteriori

Construction d’un propos scientifique et expertises sanitaires 

Comme le souligne Jean-François Ruggiu, les chercheur.es en sciences sociales font preuves d’une « grande réactivité » pour éclairer cette pandémie14. L’Agence nationale de la recherche, qui a lancé l’appel « Flash COVID-19 » a ainsi financé 86 projets de recherche dont le tiers sélectionné relèvent des Sciences humaines et sociales. Témoignant de l’engagement de cette communauté dans la crise sanitaire, les sujets relatifs aux malades semblent bien traités15 tandis que les sujets relatifs aux porteurs sains et biens portants ou encore des refontes des systèmes de santé et de protection sociale bote en touche 16.

En tant que membre du Conseil Scientifique Covid-19 institué le 11 mars 2020 par le Ministre de la Santé, le sociologue Daniel Benamouzig17fut ainsi « chargé d’éclairer la décision publique pour lutter contre la pandémie de Covid-19 en France« . Le sociologue insiste sur cette nécessaire jonction entre le monde médical et la communauté des sciences sociales réunis au sein de ce Comité interdisciplinaire. Bien que minoritaires, ces chercheurs durent ainsi « regarder les mêmes faits saisis par des professionnels de santé mais avec les lunettes du sociologue ou de l’anthropologue ». En d’autres termes, privilégier des instruments relevant de la santé publique tout en les interrogeant à l’aune des inégalités sociales de notre société.

Toutefois, du fait de son institution par le Ministre de la Santé, les liens entre le Conseil scientifique et le pouvoir exécutif interrogent. Afin de minimiser cette mainmise éventuelle, le Comité déploya certaines mesures comme l’insubordination à aucun des membres de l’exécutif contrairement aux agences sanitaires, ainsi qu’en datant leurs avis afin que leur antériorité soit actée. En outre, les avis étant publics, il fut difficile de les distordre sans que cela apparaisse publiquement, bien qu’il s’écoula quelques jours avant leurs rendus publics.

Pour conclure, la crise sanitaire de la COVID fait ressurgir les « petites inégalités » devenues insupportables. De plus, les chercheur.es en sciences sociales peinent à se faire entendre, ces derniers ne pouvant plus simplement se fonder sur des crises antérieures comme outils d’analyse et seul un travail interdisciplinaire avec les sciences médicales peut offrir un propos scientifique cohérent. Le lien entre économie, santé, social et écologie devient incontournable et il est urgent d’augmenter la part des crédits de recherche contre le réchauffement qui semble lié à l’accroissement des épidémies mondiales.

Références mobilisées :

1Rasmussen Anne,  Épidémie : il était une fois la maladie, France Culture, 11 juin 2020 URL :https://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/la-methode-scientifique-emission-du-jeudi-11-juin-2020 Consulté le 18 novembre 2020 . Maître de conférences en histoire des sciences à l’université de Strasbourg I et spécialiste en Histoire sociale et culturelle de la médecine et de la santé (XIXe-XXe siècle)

2Deligny Claire, À quoi sert l’histoire en temps de pandémie ?  , The Conversation, 1er juin 2020 URL:https://theconversation.com/a-quoi-sert-lhistoire-en-temps-de-pandemie-138556 . Consulté le 21 novembre 2020 Maître de conférences à l’Université Paris Nanterre, au sein de laquelle elle est membre des départements d’Études Anglophones (LCE) et de Droit et Sciences Politiques (DSP). Spécialisée dans l’histoire de la santé publique en Grande Bretagne

3Rouban Luc, Les effets politiques de l’épidémie : l’efficacité contre la démocratie ? The Conversation, 29 mars 2020 URL : https://theconversation.com/les-effets-politiques-de-lepidemie-lefficacite-contre-la-democratie-134828 Consulté le 21 novembre 2020 Zybermann Patrick, « Au-delà de la santé, les épidémies touchent l’ensemble de la société », France Culture, 25 janiver 2020, 26′ URL :https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-actu/invite-actu-des-matins-du-samedi-suite-du-samedi-25-janvier-2020

Hormis pour la sociologue du travail et des sciences Cynthia Colmellere qui donne une vision plus historique en comparant des techniques de lutte contre la propagation des épidémies de la tuberculose et de la fièvre aphteuse : Colmellere Cynthia, « Des virus et des hommes», à propos de: Delphine Berdah, Abattre ou vacciner, La France et le Royaume-Uni en lutte contre la tuberculose et la fièvre aphteuse (1900-1960), La vie des idées, 22 mai 2020. URL: https://laviedesidees.fr/Des-virus-et-des-hommes.html . Consulté le 21 novembre 2020 . Ses travaux portent sur le travail dans l’industrie, les plates-formes scientifiques et plus récemment les tiers lieux

4Prost Antoine, Douze leçons sur l’histoire, Éditions du Seuil, 2014, p 121-122

5Ruiz Emilien, Cahen Fabrice, Cavalin Catherine, Des chiffres sans qualités ? Gouvernement et quantification en temps de crises, HAL, 30 mai 2020, 43p URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02659791/document. Consulté le 10 décembre 2020 Respectivement Assistant professor en histoire numérique à Sciences Po Paris ; chargé de recherche ; et chargé de recherche CNRS

6Le séminaire de terrain annuel, organisé dans le cadre du parcours histoire appliquée, permet de découvrir et de se familiariser aux méthodes du travail de recherche en histoire. Mais eu égard à la pandémie actuelle, ce séminaire ne pu se tenir et fut remplacé par une étude d’interventions médiatiques d’ historiens, spécialisés en histoire de la santé et de la médecine. Une étude encadrée par Mesdames Anne Dalmasso, Irène Favier ainsi que Anne Marie Granet-Abisset, camér et restituée le 3 décembre 2020 URL du blog : https://historiensdelasante.wordpress.com/

7SES ENS, « COVID-19 : le décryptage de la pandémie par les sciences sociales. Avril 2020 », Ressource en Sciences Économiques et Sociales, Publié le 5 mai 2020, Consulté le 15 novembre 2020 URL :http://ses.ens-lyon.fr/actualites/rapports-etudes-et-4-pages/covid-19-le-decryptage-de-la-pandemie-par-les-sciences-sociales-avril-2020#section-8 Notre groupe fit le choix de consulter les articles classés dans les thématiques : « Attitudes face au risque, santé et épidémies » ; « Effets politiques de la crise sanitaire : démocratie, libertés, vote, relations internationales » et « Politiques publiques et gestion de la crise sanitaire »

8Rioux Jean-Pierre et Garrigues Jean, Covid-19 : une crise historique ?,France Culture, 12 mai 2020. URL : https://www.franceculture.fr/societe/covid-19-une-crise-historique Date de consultation : 15 novembre 2020

9Rasmussen Anne,« Le contrôle des frontières est un classique »,Arte, 28 mars 2020, 4’59 .URL : https://www.arte.tv/fr/videos/097016-000-A/anne-rasmussen-historienne-le-controle-des-frontieres-est-un-classique/ Consulté le 18 novembre 2020 Rasmussen Anne, Épidémie : il était une fois la maladie, France Culture, 11 juin 2020 URL :https://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/la-methode-scientifique-emission-du-jeudi-11-juin-2020 Consulté le 18 novembre 2020

10Dubet François, Le coronavirus, « C’est la revanche des petites inégalités », Public Sénat, 1er avril 2020 URL : https://www.publicsenat.fr/article/debat/le-coronavirus-c-est-la-revanche-des-petites-inegalites-181692 Consulté le 15 novembre 2020 Sociologue, professeur émérite à l’Université de Bordeaux, et ancien directeur d’études à l’EHESS

11Bergeron Henri , Borraz Olivier, Castel Patrick et Dedieu François , Gestion de crise : comment tirer les leçons du coronavirus ? AOC, 22 avril 2020.  URLhttps://aoc.media/analyse/2020/04/21/gestion-de-crise-comment-tirer-les-lecons-du-coronavirus/?loggedin=true: Consulté le 19 novembre 2020

12Cahen Fabrice, Cavalin Catherine, Ruiz Emilien Des chiffres sans qualités ? Gouvernement et quantification en temps de crises, HAL, 30 mai 2020, 43p URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02659791/document. Consulté le 10 décembre 2020 . Respectivement chargé de recherche ; chargé de recherche CNRS ; et Assistant professor en histoire numérique à Sciences Po Paris Respectivement Assistant professor en histoire numérique à Sciences Po Paris ; chargé de recherche ; et chargé de recherche CNRS

13Faure Olivier, «L’histoire des crises sanitaires le prouve, il n’est pas judicieux de tancer les Français», Le Figaro, publié le 25 octobre 2020. URL https://www.lefigaro.fr/vox/societe/olivier-faure-l-histoire-des-crises-sanitaires-le-prouve-il-n-est-pas-judicieux-de-tancer-les-francais-20201025 Consulté le 10 novembre 2020 .Historien de la santé et professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université Lyon III

14Ruggiu François-Joseph, « Les sciences humaines et sociales peuvent apporter des éclairages face à la crise », le CNRS, 27 avril 2020 URL :http://www.cnrs.fr/fr/cnrsinfo/les-sciences-humaines-et-sociales-peuvent-apporter-des-eclairages-face-la-crise.Consulté le 19 novembre 2020 Directeur de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS

15ANR,Communiqué de presse Flash ANR Covid-19: 86 projets financés pour un budget de 14,5M€et poursuite d’un appel ouvert en continu RA-ANR Covid-1, 10 avril 2020 ANR, Appel flash Covid-19Edition 2020, 10 avril 2020

16Ibid

17 Benamouzig Daniel Covid-19 et expertise sanitaire, La vie des idées,1erjuillet 2020 URL : https://laviedesidees.fr/Covid-19-et-expertise-sanitaire.html .Consulté le 20 novembre 2020 Directeur de recherche au CNRS et directeur de la chaire santé de Sciences Po, où il est responsable de nombreux enseignements relatifs à la santé, à la science et à la sociologie

Buscoz Sylvain , Loiodice Jessica, Nemoz-guillot Mélanie et Piney Jean, étudiant.es à l’UFR de l’ARSH, en parcours Histoire appliqué


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.