Comment va la santé ?

Etude de l’accès aux soins en pays queyrassin

Être malade en montagne. Rien de pire, pourrait-on penser. On s’imagine souvent le tableau type d’un désert médical comme peuvent les décrivent les pastilles catastrophes du JT de 20h : des heures de voiture avant de trouver un hôpital, une file d’attente interminable dans le cabinet du seul médecin de la région, un véritable chemin de croix pour se procurer un paquet de Doliprane. Mais, paradoxalement, ce tableau s’articule avec une autre vision de la montagne : celui des secours en montagne ultra-performants, des hélicoptères qui quadrillent le ciel à la recherche de skieurs un peu trop casse-cou ou d’alpinistes pris au piège par les avalanches. Même si nous nous doutions bien que ces clichés étaient sûrement erronés, les contraintes géographiques, météorologiques et la population peu nombreuse (environ 2400 habitants) impliquent forcément une adaptation du système de santé.  Notre séminaire de terrain était l’occasion pour nous d’étudier l’organisation médicale et de se demander si, oui ou non, il est réellement plus difficile d’être en bonne santé dans le Queyras.

Croquis du Centre Hospitalier d’Aiguilles, réalisé le 23 oct. 2019 par Justine Gardier.

            Le premier jour de notre enquête, nous nous sommes rendues à la Maison de Santé et au Centre Hospitalier d’Aiguilles, accolés l’un à l’autre, qui sont le cœur battant de la médicalisation en Queyras. La Maison de Santé assure la prise en charge des urgences et le suivi des habitant.e.s, tandis que le Centre Hospitalier est réservé aux séjours de court ou long terme, pour les personnes âgées ou celles atteintes de pathologies spécifiques. Contrairement à ce que nous pensions, avoir un suivi médical régulier est possible, malgré, il est vrai, un manque notable de médecins. Face à l’impossibilité de trouver un médecin permanent, la Maison de Santé assure une présence médicale grâce à un roulement bien organisé : plusieurs praticien.ne.s, venu.e.s des villes voisines comme Gap assurent des permanences afin de permettre la présence d’un.e médecin, cinq jours sur sept. Un planning de ces rotations est affiché par le secrétariat à plusieurs endroits stratégiques afin que les personnes souhaitant un suivi de type « médecin de famille » puissent savoir quel jour de la semaine leur médecin sera présent. Enfin, la Maison de Santé met un service d’infirmi.er.e.s à domicile à disposition des personnes ne pouvant pas se déplacer. Tous ces aménagements, fruit d’une auto-organisation bien pensée, permettent de pallier le manque de praticien.ne.s et d’assurer aux habitant.e.s un accès correct à la médecine générale.

Néanmoins, le Queyras souffre tout de même d’un manque de médecins, et notamment de spécialistes. Un.e dentiste se rend à la Maison de Santé seulement une fois par mois. Un délai bien long, me diriez-vous, mais, si l’on réfléchit bien, la situation n’est pas bien différente en ville, où il est très difficile de trouver un.e praticien.ne acceptant les nouve.aux.lles patient.e.s, et où il faut parfois attendre jusqu’à six mois avant d’obtenir un rendez-vous chez un.e ophtalmologue…

Association Culturelle Sociale et Sportive du Queyras. Image issue du site internet www.toutle05.fr
https://www.toutle05.fr/item/acssq-association-culturelle-sociale-et-sportive-du-queyras/

En parallèle du système médical, il existe un réseau associatif fort en Queyras, qui permet de prévenir les problèmes de santé plutôt que de les guérir. L’Association Culturelle Sociale et Sportive du Queyras (ACSSQ) propose de nombreuses activités (renforcement musculaire, yoga, danse, escalade…) accessibles à tous les âges, ainsi que des rencontres qui permettent de renforcer les liens sociaux et les réseaux de solidarité entre les habitant.e.s. L’association a aussi mis en place un système de navettes pour les personnes âgées afin de les emmener consulter des spécialistes à Gap, Guillestre ou Embrun lorsque ce.ux.lles-ci ne peuvent plus se déplacer. Enfin, l’ACSSQ organise régulièrement des journées dédiées à la prévention d’une pathologie en particulier, comme le dépistage du cancer du sein.

Alors, certes, l’offre proposée par l’ACSSQ en termes d’activités sportives est moins fournie que dans les grands villes, mais la montagne propose une grand choix d’activité de plein air dont profitent pleinement les Queyrassins. Les habitants, selon la Dr Girard, sont en meilleure santé qu’en ville grâce à la qualité de l’air, de la nourriture et de la vie en général. Les habitant.e.s rencontré.e.s, souvent des ex-citadin.e.s venus de Lyon, de Fos-sur-Mer ou de Paris, nous ont confié avoir déménagé en partie pour la promesse d’une qualité de vie supérieure à celle qu’ils pouvaient avoir en ville, et aucun.e  ne s’est trompé.

Au final, alors que l’on s’attendait à recueillir en Queyras des plaintes concernant le manque d’accès aux soins, les habitant.e.s ont un accès à la santé aussi qualitatif que dans les grandes villes. Les difficultés pour l’accès au soin sont surmontées grâce à une auto-organisation rigoureuse, une prévention efficace et une solidarité importante entre les habitant.e.s.

Lisia Briot, Fleur Vernier, Justine Gardier , M2 d’Histoire Appliquée


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.